Variations permettant de transgresser la règle "absolue" de la césure du décasyllabe ( 4+6)

Publié le par Claire

Le décasyllabe, en tant que grand vers français, est disqualifié à la Renaissance, remplacé qu'il va être par l'alexandrin. 

 

Quelles raisons peut-on avoir de choisir le décasyllabe ?

                - son "naturel", càd qu'il semble plus proche de la conversation.

                - son mouvement vif, léger dans le passage d'un vers à l'autre. 


                   Principe : césure obligée après un mot complet à la 4ème syllabe

[Comme pour l'alexandrin on parle aussi de césure pour le décasyllabe, que la tradition littéraire découpe régulièrement 4/6.] 


 

                                Le décasyllabe 4/6 induit  un rythme majeur  ==>

            càd mesures rythmiques régulièrement ascendantes (vs descendantes) => valeur - connotative- dynamique (vs dépressive) et oratoire ou emphatique (vs prosaïque)  

                                " Pâles esprits, // et vous ombres poudreuses" (4//6) Du Bellay

 

 

 

Le 5/5  ( " Nos deux cœurs seront // deux vastes flambeaux" (5//5) Baudelaire ) repose sur le // de ses 2 hémistiches. A rechercher : les parallélismes, les analogies, les antithèses.

 

 

 

    

                                       Variations possibles 


                                                         *coupe à la 5ème, à l'hémistiche.

                             => 2 hémistiches égaux mais le  rythme en est  monotone. (5+5  syllabes)



Tu sais le doux vent / fait frémir les feuilles.


                                                                                


                                                         *  on garde la césure à la 4ème,

mais on  suspend le sens dans la seconde partie du vers,

et donc une 2ème  pause (plus forte que la 1ère),

à 6, 7 ou 8 même va s'imposer. 

Ainsi la 2ème partie du vers devient-elle plus longue que  la 1ère 6( hémistiche de l'alexandrin) +4;

7+3;

8+2 à la limite. 

 

                            => les vers ne sont pas très harmonieux


         =================================================>                                                              Qu'en est-il de                l'enjambement ?


                                             Exple  marotique :  l'enjambement/le rejet de 4 syllabes.


J'appris aussi, allant aux pâturages,
A éviter les dangereux herbages,
Et à connaître et guérir plusieurs maux
Qui quelquefois gâtent les animaux…

 

A consommer avec modération, car là aussi, il y a risque de monotonie. 

de plus le mot qui commence le 2ème vers ne doit dépendre ni grammaticalement ni par le sens ou la prononciation du mot qui termine le vers précédent ( id pour l'alexandrin) 

 

Crois que ma plume amoureuse, qui t'a
Tant fait honneur, dont très mal s'acquitta... 


====================================================>    et les accents ?


Comme l'alexandrin, le décasyllabe présente 2 accents principaux, celui de la césure et celui de la rime.

Si l'un des deux n'est pas marqué le rythme disparaît.

 Le décasyllabe a de plus un accent qui se place dans la seconde partie, sur la sixième, la septième ou la huitième syllabe:

J'ai vu l'impie adoré sur la terre. 
Ma vie à peine a commencé d'éclore...
Et nous portons la peine de leurs crimes.  



 



Publié dans Activités diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article