François WAHL http://www.psychasoc.com/Textes/Jacques-Lacan-etait-il-un-charlacan

Publié le par Claire

EXTRAIT d'un dialogue/interview


En quoi Lacan a-t-il concrètement modifié la pratique analytique?

 

F.W. Premièrement, Lacan a rendu compte - ce n'était que sous-jacent chez Freud - du fait que la psychanalyse est une cure par la langue, ce qui change tout l'esprit de l'écoute analytique, qui devient avant tout une écoute non pas des images, mais des mots. Ce n'est plus une attention première au sens, mais au verbe. La discipline lacanienne reporte le travail sur le signifiant dans son opacité. Et le signifiant, ce n'est pas le signifié, il a une autre histoire.

Deuxièmement, alors que la psychanalyse d'obédience américaine allait jusqu'à proposer à l'analysant de s'identifier au moi du médecin comme à un bon moi, la méthode lacanienne vise à débusquer le moi de toutes les façons. Et l'analysant doit progressivement placer l'analyste dans la position de l'objet perdu de son désir.

Autre renversement complet: ce dont l'analysant doit prendre conscience à travers l'analyse, ce n'est pas qu'il y a une bonne jouissance à laquelle il arrivera et qui est celle qu'évoque le terme de réussite. Il n'y a pas de bonne jouissance: quand on croit avoir ou être tout près d'atteindre l'objet, à ce moment-là on défaille, la jouissance est toujours en fuite. Là aussi le but même de la cure est différent.

 

Lacan, c'est aussi une langue et un style. Pourquoi notamment ce parti pris d'hermétisme?

 

F.W. Les torsions syntaxiques, les métaphores inattendues, les métonymies qui foutent le camp à perpétuité qu'on trouve dans l'écriture de Lacan, ce sont celles de l'inconscient. Je ne dirai pas qu'il a voulu imiter l'inconscient, ce serait grotesque. Mais il ne faut pas oublier que tous ses textes sont des textes d'enseignement. Cet enseignement était en grande partie fait pour acclimater les auditeurs à la langue de l'inconscient. Lacan a toujours été convaincu qu'il ne fallait pas que l'enseignement de l'analyse devienne quelque chose de transparent, de linéaire qui serait le contraire de la psychanalyse.

Puisqu'il s'agit de parler de quelque chose qui a été perdu, qui s'exprime à travers les réseaux contradictoires de la langue et qui va à l'encontre de ce qu'il y a de complètement leurrant dans le moi, il faut se mettre en marge de tout ce qui ferait plaisir au moi. Or si l'on parle d'une manière transparente, le moi est tout content: le monde est solide, il n'y a pas de trou. D'où la nécessité qu'il a rencontrée d'utiliser également des figures géométriques de type aberrant, des constructions topologiques paradoxales, et cela parce qu'il avait affaire dans la structure du sujet à une structure paradoxale.