Lien : Oublier le temps de Peter BROOK

Publié le par Claire

                                Extraits de la Préface  


..."Je suis heureux de retrouver dans les dernières pages l'idée que la fin n'est qu'un commencement. Quel soulagement ! 
...Les contradictions des années passées se soulevaient et se brisaient avec la même intensité...
...A chaque élan s'opposait son contraire. Etais-je tiré dans une direction, une autre s'ouvrait qui me tirait avec la même force. Pour chaque croyance, un doute. Pour chaque souhait, un refus....Si, pdt une mise en scène, je travaillais joyeusement avec les autres, je sentais le besoin d'une écriture solitaire; si je me trouvais à la maison, en sécurité, surgissait l'appel du grand large et de ses dangers; replié dans une paix intérieure, une plongée dans la vie me semblait alors irrésistible...
...Chaque jour...sentiment brûlant de gratitude envers l'existence, incapable de comprendre pourquoi il m'avait été autant donné et cherchant la manière encore ignorée, dont je pourrais payer ma dette... Un accès d'énergie venait balayer toute introspection et, quand l'énergie se consumait, la pulsion du "laisse-tout-tomber" revenait en force.
Avec des rêves d'un monde plus pur...je me laissais séduire par la fiction de l'île déserte, par le mythe de Gauguin, l'obsession d'un "ailleurs".
...Illusion, ...la plus traître de toutes, car elle ne tient pas compte de ce qui en nous dicte inévitablement ce que nous sommes et où nous sommes, surtout quand nous rêvons d'être là où nous ne sommes pas.
...Ce n'est pas nous qui prenons les décisions, elles se prennent d'elles-mêmes, mais seulement si nous avons eu le soin de préparer le terrain en explorant toutes les éventualités...La pensée est à des niveaux multiples. Pour atteindre le niveau le plus efficace, il nous faut cette lutte entre les impulsions enfouies et les voix sûres d'elles-mêmes qui affirment qu'elles ont raison..."

Publié dans Lien et citations

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article