hommage à Jean VODAINE cf article de Jacques JOSSE sur le site http://remue.net/spip.php?article1913

Publié le par Claire

Je me permets de reprendre quelques lignes de  l'article

 

 

Vodaine, né Vladimir Kaucic en 1921 à Volce, en Slovénie, est venu très jeune (à trois ans) en Moselle minière. Il n’obtiendra pourtant la nationalité française qu’en 1985. 

« Mes parents ont émigré pour des raisons économiques. Et c’est devenu une raison politique parce que, pour garder son atelier, on obligeait mon père à adhérer au parti fasciste. » 

Après avoir passé son certificat d’études, il obtient son C.A.P. de cordonnier (le métier de son père) mais, faute de travail, doit s’embaucher comme manœuvre aux hauts fourneaux de Thionville. En 1947, il publie son premier recueil de poèmes, Rose et noir

puis, achetant une petite presse, commence à imprimer les textes des autres, notamment ceux de Gaston Chaissac qu’il rencontre en 1949. Le premier n° de Dire lui sera d’ailleurs consacré. Dubuffet, Tzara, Delteil, Ginsberg, De Richaud, Queneau et bien d’autres figureront au sommaire des livraisons à venir. Parallèlement, Vodainecompose (en y ajoutant souvent ses propres gravures) des livres à tirages limités où l’on retrouve, à côté des auteurs déjà cités, Follain, Béalu, Durrell, Hellens et de plus jeunes, tels Christian Hubin (En marge du poème, 1972) ou Marie-Claire Bancquart (Mais..., 1969) qui publient parfois là leurs premiers textes.

Nombre de ces ouvrages (rares) se trouvent à la bibliothèque municipale de Metz. 

 

Publié dans Activités diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article