Sur Jules Mougin du 7 novembre 2010 - 3 liens Lien 1 Blog de Gérard Ponthieu ''C'est pour dire''; Lien 2 Revue ''Les Hommes sans épaules''; Lien 3 Blog ''C'est pour dire'', sur l'exposition de juillet 2005 à La Médiathèque du Pontiffroy (Metz) article et dessins André Faber

Publié le par Claire

          Extraits articles consultés et en lien    

                                                             Le poète Jules Mougin est mort

Le facteur poète, Jules Mougin, doyen de la poésie française, est parti. Ce samedi, d’après l’infirmière qui venait lui apporter son café, il a jeté un dernier coup d’oeil vers la première lumière de la fenêtre, il a levé le poing et hop, c’était fini. Il retrouve ainsi sa compagne Jeanne, ses vieux amis de poésie, les oiseaux, les fleurs et même les mouches dont il s’extasiait. Le jeune homme révolté avait 98 ans. Claude Billon, son ami depuis quarante ans, autre facteur, autre poète, qui n’a cessé de l’accompagner jusqu’à lui écrire plusieurs lettres par jour, m’envoie ces quelques lignes écrites par Jules Mougin :

Je suis de partout ! Ma patrie, c’est vous autres tous, c’est Gand, Lausanne, Paramaribo ! Toutes les couleurs ! Toutes les chevelures ! J’aime les langues, ces musiques ! le monde m’appartient ! j’ai encore de la place dans mon coeur ! Je voudrais pas crever idiot ! Pouvoir aimer encore, après ma mort !

Pensée fraternelle pour Jean et Monique et toute la Julésie, immense territoire d’amour baptisé ainsi par Claude Billon.