INFO. Dès le 27 septembre en librairie. Revue Hermès n°63 de septembre 2012 : " Murs et frontières "

Publié le par Claire (C.A.-L.)

                             SDC12000

       N° 63 de la revue HERMES,  Murs et frontières de septembre 2012 

                         ( parution en librairie le 27 septembre 2012 

                   disponible à l'achat en ligne sur le site de CNRS Éditions                                                          

          " Paradoxe de la frontière", Réseau planétaire, Internet est devenu le symbole de cette idéologie du décloisonnement généralisé.Et pourtant, il n’y a jamais eu autant de contrôles, de blocages, de censures, de quotas, un peu comme si les frontières étaient des hydres :pour un mur abattu, on en érige deux nouveaux.C’est cette contradiction que cherche à cerner ce volume, en s’attachant à démontrer la polysémie de la frontière, démarcation politique, certes, mais aussi barrière économique et, beaucoup plus insidieux, blocage social et culturel, limitation tacite, interdiction implicite, « mur de verre » impalpable. Or c’est grâce à cette polyvalence que les frontières perdurent. Elles se reconvertissent, se métamorphosent, glissent d’un domaine à l’autre.

 

[...] Si les frontières persistent, c’est peut-être moins parce que nous échouons à les abattre que parce que nous en avons besoin.

Certes, le mur peut être dépassé, oppressif, immoral : ce ne sont pas les Irlandais, les Palestiniens ou les Coréens qui diront le contraire.

Mais il peut être aussi rassurant, protecteur, incubateur.

Pourvu qu’il soit démocratique, consensuel, poreux, il peut servir de garant à la diversité linguistique et culturelle, communautaire ou individuelle.

Autrement dit, en termes de communication, tous les murs n’impliquent pas fermeture, rupture, silence.

Il y a des frontières qui servent aussi à se comprendre.

                                                       Sélection bibliographique

I. Une cartographie sociale et culturelle

Thierry PAQUOT 

"En lisant Georges Simmel"

Georg Simmel soutient la thèse suivante : la frontière est la traduction spatiale d’une délimitation sociale. Aussi convient-il d’interpréter toute frontière à partir de sa propre détermination sociale. L’être humain ne cesse de fabriquer des frontières comme autant de manières de se lier ou de se délier aux autres, lui-même est une frontière qui se reconfigure socialement au point d’apparaître comme sans frontière. La situation territoriale de chacun révèle en fait sa position relationnelle avec autrui.

Mots-clés : frontière, société, individu, étranger, territoire.


Catherine DESCHAMPS 
"Genre et sexe. Mécanismes de protection et de contrôle des femmes et des hommes dans l’espace"

Autour du genre, l’anthropologie s’est historiquement intéressée davantage aux effets de murs (privé/public) qu’aux effets de frontières. Sur fond de féminisme puis de politisation de la sexualité, les sciences sociales entamaient pourtant un tournant. Deux types de problématiques prennent de l’ampleur : celles associées aux effets du déplacement transfrontalier, celles qui questionnent la mise en proximité physique de femmes et d’hommes issus d’origines possiblement dissemblables. Une crainte émerge alors, celle de la mise en place et de l’incorporation progressive d’une police mondialisée du genre.

Mots-clés : espace privé, espace public, frontières, genre, anthropologie, sociologie.

 

Michel LUSSAULT 
Trans-spatialités urbaines

L’espace social contemporain n’est pas lisse et ouvert comme le chantent les promoteurs de la mobilité généralisée et de la télécommunication sans entraves. Partout, des frontières, des murs, des limites se dressent, certaines anciennes et réactivées, d’autres nouvelles et d’un genre inédit. Dans ce contexte, les individus connaissent de plus en plus l’épreuve du franchissement. Cet article examine cette question en proposant un nouveau concept, la transspatialité, et en cernant les implications politiques de la généralisation des contraintes d’accès.

Mots-clés : urbanisation du monde, mobilité, hyperspatialité, séparation-ségrégation, franchissement, géolocalisation.


Jacques PERRIAULT 

Réseaux socionumériques et frontières

Tout titulaire d’un compte dans un réseau socionumérique organise et gère son propre réseau de relations. De récents travaux en géographie considèrent que certaines frontières sont elles-mêmes aujourd’hui des réseaux. L’hypothèse explorée ici est que ces réseaux de relations sont en même temps des frontières. Cette « frontièreréseau » délimite un espace virtuel, et flexible, de géométrie et perméabilité variables, mais présente une faible capacité de protection. Par contre, elle permet le dépassement des frontières traditionnelles et peut jouer un rôle stratégique dans des conflits. Des exemples d’application en sont donnés dans les domaines de la vie privée et professionnelle et de la géopolitique.

Mots-clés : réseau socionumérique, compte personnel, science géographique, frontière-réseau, flexibilité, rôle stratégique, vie privée, vie professionnelle, géopolitique.Marie ESCORNE 

Quand les artistes font, défont, refont le mur

Nombreux sont les artistes qui préfèrent aujourd’hui « faire le mur », c’est-à-dire sortir des lieux traditionnels de création et de monstration de l’œuvre d’art (l’atelier, le musée, la galerie) pour s’exposer à ciel ouvert. Parmi eux, certains choisissent précisément d’explorer le mur, de le travailler comme un support, de lui faire raconter des histoires, mais aussi de l’ébranler, de le percer pour tenter d’abattre – au moins symboliquement – les frontières qu’il représente.

Mots-clés : mur, frontière, artistes plasticiens, intervention urbaine, street art, liberté/contraintes, photographie.

                                             Dominique WOLTON 

Murs, frontières et communication : l’éternelle question des rapports entre soi et les autres

Cinq réflexions sont indispensables pour repenser la question des murs et frontières dans le contexte contemporain. Dans un monde ouvert où la liberté de circulation est une valeur dominante, ceux-ci n’ont jamais été aussi nombreux. Toute problématique de « Murs et Frontières » symbolise la question du rapport à l’autre. Les rapports entre identité et murs sont complexes : il n’y a pas de vie individuelle ou collective sans identité, et donc sans fermeture. Le projet politique de l’Europe représente le plus bel exemple de l’ambiguïté des murs et frontières. En résumé, la question normative exprimant le lien entre les problématiques de la communication et celles des murs et frontières est la suivante :comment gérer l’incommunication rendue encore plus visible dans un monde ouvert sans que cela ne conduise à de nouveaux enfermements ou exclusions ?

Mots-clés : murs, frontières, identité, Europe, incommunication.

 

 

Publié dans Activités diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article