Pontiffroy Poésie : le poète Jean-Luc LAVRILLE.

Publié le par Claire (C.A.-L.)

LOGO PDP-2coul-petit
Pontiffroy Poésie a accueilli le poète Jean-Luc Lavrille le samedi 11 mai, 16h 30,
à la médiathèque du Pontiffroy, 1 Place de la Bibliothèque, METZ.

Plus d'infos avec ce lien

http://alainhelissen.over-blog.com/article-jean-luc-lavrille-le-11-mai-a-pontiffroy-poesie-metz-116081130.html
 
Jean-Luc Lavrille vit et travaille à Paris où il enseigne le français.
Il oeuvre dans un branle bas de langue qui ne fait pas table rase
des formes poétiques établies, ni de leurs règles, mais les
utilise pour les détricoter allègrement avant d'entreprendre leur restauration factice. Sa
poésie bouscule les lignes, "les mots se séduisent entre eux", se font des "appels
du pied de vers", tirent les sonnets d'alarme, jouent de toutes les combinaisons,
en appellent à l'oral, osent des "propositions insubordonnées", s'éclatent aux "quatre points cardimots "!
***
Extrait d'un texte copié/collé trouvé sur le site 

  Antivrille par Jean-Luc Lavrille

la gestalt aura ta peau
bordée de mots elle me renverse rend vers au style
vole aux volumes dans les plumes
métaforeign office


mort usitée mort osée
la langue ne meurt jamais le latin sommeille le français veille
nous étions à la première personne de la guerre mondiale pas encor né corridor corridas
corps à hue et à dia
nuit enceinte ventre à terre

l'aveu beugle son hymne au sens
la poésie c'est myotique tout en nerfs muscles
rabelez-moi ces fers fiers label frères cahin caha fieffé label qualité
tronchez l'hémistiche
que les mots se séduisent entre eux
mes homicides mains brûlent de se plonger
en l'orant délirant ivre de se venger
au parfum de danger les rats iront ronger
les miettes fumantes et les cendres lègères
des vers d'Alexandre aux allures de mégère

dynamo vitesse
des nœuds

mots se réduisant entre eux
traverse
barre des tâches où perle labeur
              nœuds de laines lianes latines
dégénéalogiser désodographier dédiariser débarométrer détremper démétéorologiser déferrer les foudres attirées défrankliniser décolonner les tiges de fer par des chaleurs déshumanimaliser déminéraliser dépolysémiquer

déschizer norsud
        glissent alors les lioeuds
***

Publié dans POESIE EXPLORATOIRE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

windows phone support 29/05/2014 14:50

As mentioned in the post, the poem was literally touching. I am sure that a lot of people visit the library of Pontiffroy to have a look at this poem. The lyrics seemed very much catchy. Thanks for sharing this piece of work with all of us.