Le complexe de Cyrano, la langue parlée dans les films français de Michel CHION

Publié le par Claire

 

Qu'incarne Cyrano de national ?

 

D'abord, son individualisme,

ensuite cette façon écorchée de jouer le langage sur le plan de l'affirmation de soi, du défi,

 cette préoccupation de la bravoure verbale- ou au contraire de la nullité verbale.


Cette fascination profonde pour l'échec aussi: il brille par ses mots mais il perd tout et s'en targue...Le lge servant moins à otenir et à lutter, qu'à planter, affirmer ...


Et Cyrano, c'est aussi un escrimeur qui parle : chez Rostand, on ne le voit pas écrire, il ne laisse pas de texte mais il est capable d'improviser de belles choses en se battant en duel.

Le langage n'est pas seulement un moyen, c'est le champ même de la bataille.

...Tous les films racontent une histoire de la langue française...une langue spécifique qu'on n'entend qu'à l'écran.

Points communs, depuis les débuts du parlant :
- liaison avec le fameux "centralisme" parisien, le rapport que  le ciné français entretient avec le pays réel, et donc avec la langue, ou les langues parlées dans le pays, qui fait rarement entendre ...les parlers français, qui folklorise rapidement certains parlers et qui crée ses propres langues.
-Le rôle donné aux acteurs étrangers à accent (ang, amér, alld, ital...) parlant "parfaitement" ou non notre langue.
-la place particulière des noms de perso ds le ciné fran ( fréqment désignés par leur seul prénom) et d'une manière plus générale les questions d'onomastique et de toponymie.
- Le caractère reflexif de la langue à l'écran:
les perso s'écoutent svt parler, se donnent les uns aux autres des leçons de français, s'interpellent sur la forme et et pas seulement sur le fond. svt des réflexions en acte sur la langue franç, ses richesses (lexicales notamment) et ses pesanteurs (diff de créer des nouveaux mots)
- le goût des extrêmes, entre Guitry et Melville, entre verbalisme etlaconisme, sobriété et style fleuri.
- L'absence ou la faiblesse en français d'1 niveau de langue dit "neutre", ...obligeant à basculer entre parler familier et parler hyper-châtié, tutoiement ou vouvoiement, prosaïsme et langue littéraire
contrairement à d'autres pays où la langue n'oblige pas à choisir et comporte une façon "neutre", non connotée de s'adresser à l'autre ou de parler des sentiments ou des choses.

...En français, par rapport à d'autres langues comme l'anglais, le style neutre est sinon inexistant,  du moins faible ou rare.
...Nous sommes obligés la plupart du temps de choisir entre une formulation qui peut être trop précieuse, ou guindée ou savante, et une autre qui peut-être trop familière ou désinvolte, voire vulgaire.
Et cela a des conséquences sur le parler des films français, notamment ceux des premiers temps .
exemple
"How do you do ?" ou "How are you ?"
- comment allez-vous ? (formel et cérémonieux)
- Comment vas-tu ? ( correct mais impliquant une intimité déjà acquise ou situ de condescendance sociale ou générationnelle ou cadre prof très circonscrit)
- tu vas bien ? ( familier, gram incorrect)
- comment ça va ? ( légèremt familier, mais pas impoli, sauf ds certains contextes)
- ça boume ? ( désinvolte pour traduire la cordialité que l'anglais exprime par accent et gestuelle)
- vas-tu bien ? (sonne "bizarre" en France par combinaison familiarité tutoiemt et caractère guindé qu'a pris inversion verbe/sujet, ce qui n'est pas le cas au Québec)
- tu...vas...bien ? (entrecoupé de bises sur la joue...chanson parodique des Inconnus)
- ça farte ? (Brice de Nice)
ça-va-ty ? (populaire mais agréablement désuet ds la bouche d'1 jeune femme)


DONC riche en expressions, le parler français n'a pas l'universalité et le caractère neutre "tous usages" du "How do you do ?"