Atelier poésie : à l'occasion d'exercices autour de la poésie lyrique, et de l'alexandrin, redécouverte du Charles Péguy, poète de la Meuse

Publié le par Claire (C.A.-L.)

SDC11988

 

 

Copié/collé depuis le site

http://www.charlespeguy.fr/extraits

 

Extrait de 

Jeanne d’Arc, drame en 3 actes de 1897.

"Adieu à la Meuse"


"Il y a une ivresse de Péguy comme il y a une ivresse de Hugo. Ils sont l’un et l’autre des coureurs de fond. Il faut se laisser emporter par la houle et bercer par le charme insidieux et puissant du poète de la grâce et de la correspondance entre le charnel et le spirituel"...

L'alexandrin est la respiration naturelle de Péguy " Jean d'Ormesson

citation trouvée sur le site :

http://agora.qc.ca/documents/peguy--adieu_a_la_meuse_par_charles_peguy

Il convient d'ajouter quelques mots trouvés sur un pdf qui propose une 

une intéressante  étude de 

Jean-Pierre SUEUR

 

 http://www.jpsueur.com/archives/mediatheque/Texte_linguistique_et_poetique/

Peguy/Premire_Jeanne_genese.pdf

 à propos de l'organisation strophique  : 

"une alternance complexe de strophes, comme un aller retour constant du quintil au vers isolé, fait de gradations ou de ruptures  - quand un verset suit un quintil -  comme si l'éternel tourment promis à Jeanne  était inscrit dans ces mouvements erratiques."

 

« Adieu, Meuse endormeuse et douce à mon enfance,

Qui demeures aux prés, où tu coules tout bas.

Meuse, adieu : j’ai déjà commencé ma partance

En des pays nouveaux où tu ne coules pas. 


Voici que je m’en vais en des pays nouveaux :

Je ferai la bataille et passerai les fleuves ;

Je m’en vais m’essayer à de nouveaux travaux,

Je m’en vais commencer là-bas des tâches neuves. 


Et pendant ce temps-là, Meuse ignorante et douce,

Tu couleras toujours, passante accoutumée,

Dans la vallée heureuse où l’herbe vive pousse, 


O Meuse inépuisable et que j’avais aimée. 


Un silence. 


Tu couleras toujours dans l’heureuse vallée ;

Où tu coulais hier, tu couleras demain.

Tu ne sauras jamais la bergère en allée,

Qui s’amusait, enfant, à creuser de sa main

Des canaux dans la terre, - à jamais écroulés. 


La bergère s’en va, délaissant les moutons,

Et la fileuse va, délaissant les fuseaux.

Voici que je m’en vais loin de tes bonnes eaux,

Voici que je m’en vais bien loin de nos maisons. 


Meuse qui ne sais rien de la souffrance humaine,

O Meuse inaltérable et douce à toute enfance,

O toi qui ne sais pas l’émoi de la partance,

Toi qui passes toujours et qui ne pars jamais

O toi qui ne sais rien de nos mensonges faux, 


O Meuse inaltérable, ô Meuse que j’aimais, 


Un silence. 


Quand reviendrai-je ici filer encor la laine ?

Quand verrai-je tes flots qui passent par chez nous ?

Quand nous reverrons-nous ? et nous reverrons-nous ? 


Meuse que j’aime encore, ô ma Meuse que j’aime. 


Un assez long silence.

Elle va voir si son oncle revient. 


O maison de mon père où j’ai filé la laine,

Où, les longs soirs d’hiver, assise au coin du feu,

J’écoutais les chansons de la vieille Lorraine,

Le temps est arrivé que je vous dise adieu. 


Tous les soirs passagère en des maisons nouvelles,

J’entendrai des chansons que je ne saurai pas ;

Tous les soirs, au sortir des batailles nouvelles,

J’irai dans des maisons que je ne saurai pas. 


Un silence. 


Maison de pierre forte où bientôt ceux que j’aime,

Ayant su ma partance, - et mon mensonge aussi, -

Vont désespérément, éplorés de moi-même,

Autour du foyer mort prier à deux genoux,

Autour du foyer mort et trop vite élargi, 


Quand pourrai-je le soir filer encor la laine ?

Assise au coin du feu pour les vieilles chansons ;

Quand pourrai-je dormir après avoir prié ?

Dans la maison fidèle et calme à la prière ; 


Quand nous reverrons-nous ? et nous reverrons-nous ?

O maison de mon père, ô ma maison que j’aime. » 

***

Publié dans Activités diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article