Âge et genre : un peu de baume au cœur 2 Liens 1) You tube Les mémés déchaînées 2) pdf. sur les femmes aînées et l'engagement social article de Michèle Charpentier, Anne Quéniart, Nancy Guberman et Nathalie Blanchard

Publié le par Claire Antoine

                                                    Extraits de l'article sus-cité

"Les Mémés veulent aussi désamorcer les préjugés envers les personnes vieillissantes et les femmes âgées. (...) avec beaucoup de conviction, elles ont dénoncé le mythe voulant que la société paye pour les personnes âgées et que celles-ci constituent un fardeau social. Par leur action et leur engagement, elles souhaitent réveiller les personnes de leur âge,« les inciter à jouer un rôle de citoyen et citoyenne jusqu’à la fin de leurs jours ». Elles ne cherchent pas à recruter uniquement pour leur mouvement."

"C’est dans ce sens-là que nous on veut dire aux personnes âgées, aux femmes (et aux hommes) : la parole, vous l’avez, c’est un pouvoir. Alors ne vous excluez pas de ce pouvoir-là[…]. On n’a plus rien à perdre, on n’a plus de position à protéger, on a rien à perdre."                                                                                                                                  "Pour être une Mémé, revêtir le costume ... il faut avoir un certain âge.  Parmi les militantes, on trouve des femmes âgées de 47 à 92 ans. La dimension intergénérationnelle est très présente et importante pour elles. Elles militent, chantent et se déchaînent, écrivent-elles dans leur dépliant, pour léguer à leurs petits-enfants un monde débarrassé de ses polluants. Elles viennent d’ailleurs de concevoir un rap avec un jeune homme pour souligner la Journée de la terre."                                                                                                                                                                                               "Par leur façon d’être et de faire, elles rendent le vieillissement plus attrayant et la militance vivante jusqu’au bout du parcours des âges. C’est qu’il y a beaucoup d’attrait chez les plus jeunes, parce qu’on dirait que ça leur donne un espoir de vieillir. Que vieillir ce n’est pas mourir à petit feu. C’est continuer à vivre avec les mêmes idéaux, être capable de réaliser encore des choses. Comprenez-vous? […] C’est comme si on était l’image d’eux-mêmes quand ils seront vieux." 

                                                          ----------------------                 

     Ici je repense à Simone de Beauvoir qui dans son livre La vieillesse écrivait :

Pour que la vieillesse ne soit pas une dérisoire parodie de notre existence antérieure, il n’y a qu’une solution, c’est de continuer à poursuivre des fins qui donnent un sens à notre vie : dévouement à des individus, des collectivités, des causes, travail social ou politique, intellectuel, artistique...". 

Je vous renvoie aussi à Citations extraites d'''Antigone'' d'Anouilh, publié sur ce blog, le