Relais Poezibao - La mort d' Anne-Marie Albiach (1937-2012)

Publié le par Claire (C.A.-L.)

    "Poezibao apprend à l’instant, par Christian Tarting, lui-même prévenu par Claude Royet Journoud,  la mort d’Anne-Marie Albiach."  

                   

Anne-Marie ALBIACH

    poétesse française qui, je le sais aujourd'hui, sans l'avoir jamais lue auparavant, m'a inspirée

 

                  Apprendre, enfin, maintenant, seulement, hélas, 

                                                  à la connaître   !

                                        A consulter entre autres                                                       

 http://www.cipmarseille.com/auteur_fiche.php?id=104

http://www.cipmarseille.com/pop_audio.php?id=125   

Se référerégalement  au dossier consacré à Anne-Marie Albiach
dans le Cahier Critique de Poésie n° 5.
Dossier : Anne-Marie Albiach

Jean Daive
Entretien avec Anne-Marie Albiach [p. 5] 

Jean Frémon
Le théâtre de la voix [p. 15]

Michel Couturier
Lettre à Anne-Marie Albiach [p. 22] 



Trois lectures de État

Éric Pesty
« la voix échappe » [p. 27]

David Lespiau
États des équilibres [p. 31]

Jean-Noël Orengo
L’impact logique [p. 37]



Jacques Roubaud
Somme amalgamée [p. 41]

Francis Cohen
Desdémone n’est pas dupe de la luxure [p. 43] 

David Verdier, Franck Christoph Yeznikian
Entretien [p. 51]

Emmanuel Ponsart
Bibliographie sommaire [p. 63]

Claude Royet-Journoud
Bibliographie complémentaire & succinte [p. 67]

 

 

                                                     Anne-Marie Albiach, LA LIGNE   

   LA PERTE, Figurations de l'image,Flammarion, 2004, page 38

                                                                        la voix distincte,

la voix mortelle parmi les sédiments – dans
les interstices vocaux une rumeur persiste.
           Blancheur et le roc maintient l’ascendance –
la disponibilité de l’écrit : ce qui se dédit
a lieu. Dans une déperdition du sol, la terre
oeuvre sur la page, s’élabore, se démultiplie
en une cécité seconde ou ternaire.
           Telle rectitude dans les éclats : plusieurs
niveaux s’adonnent à une apparente répétition.
           Le minéral cerne une réplique de l’incertain –
du « il » qui s’efface pour apparaître à nouveau.
           Une courbe saisit la parole acquise et
réitère une absence corporelle – l’invocation
se fait matière, se révèle dans une mémoire 
immédiate.
           Épiant des formes lointaines, éblouissement
circonscrit ou aléatoire de la récidive et l’air
s’irradie : bouche fermée

 

Publié dans Activités diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article