Billet - Les vieux et le Covid : retour aux fondamentaux

Publié le par Claire Antoine

Billet - Les vieux et le Covid : retour aux fondamentaux

                                          Une aubaine, finalement, pour la planète surpeuplée !!!!      

Les personnes âgées font la une des journaux.

Les unes parce qu'elles meurent en surnombre en ce moment, isolées de leurs proches, quasi anonymes et que nos sociétés ne savent même plus où empiler leurs cercueils ( encore que celles qui ont réclamé d'être incinérées se soient montrées plus "raisonnables" : elles prennent moins de place), et les autres (à partir de 65 ans) parce qu'elles ne veulent pas rester enfermées ( confinées, dit-on) chez elles après le 11 mai, terrées, pour échapper à la mort qui rôde, dans les rues.  Il suffit d'un enfant qui joue non loin de là ou d'une personne qui passe, sans masque, à moins d'1 mètre de vous, qui ne sait pas encore qu'elle porte en elle les germes de la contamination, et donc qu'elle infectera, à son corps défendant, mais de façon exponentielle, ceux qu'elle va rencontrer, pour que  nous, les seniors, passions de vie à trépas, après avoir une nouvelle fois saturé les urgences, utilisé tous les lits, tous les respirateurs, etc. 

Ce n'est plus possible.   

Alors le mieux c'est de se préparer. Il est demandé aujourd'hui aux vieilles et aux vieux ( je ne lâche rien ... les femmes d'abord !)

de ne pas s'accrocher, de devenir philosophes (stoïciens ou épicuriens, on s'en f..., ce sont juste des mots magiques, puisque même s'ils sont abondamment cités, personne n'a vraiment lu leurs textes, écrits en langues déjà" mortes" depuis longtemps.)

 et d'accepter, fissa, "d'être mortels". 

On avait oublié. On a tant entendu parler des progrès de la médecine et aussi ( mais ça c'est pour la Silicon Valley ) de transhumanisme. 

En principe, aujourd'hui, si tu es sage, que tu prends des médicaments pour ta tension, dès l'âge de 50 ans, que tu fais des bilans de santé complets ( remboursés) tous les deux ans, que tu vas tous les 6 mois pour des visites de contrôle, ( remboursés) chez ton cardiologue, ton dentiste, ton pédicure, ton gynéco, ton otorhino, ton ophtalmo ( on peut aussi rajouter le psy), tu as de grande chance de passer, au moins, le cap des 90 ans. 

Mais, il y a, comme le disent les grands de ce monde, un avant et un après le Covid qui nous enlève les écailles des yeux. Ben oui ! La voilà la solution pour endiguer la surpopulation !  Il faut retrouver la sagesse de base ! "Nos seniors" ( comme c'est joliment dit) doivent se soumettre à la loi de l'égalité. 

Nous nous devons, tous, tous, de  participer à la régulation de l'écosystème de notre planète terre, si bleue, si bleue.   

Par là, je veux dire que la nature, les animaux et nous, nous appartenons tous "au vivant". Et puisque la flore et la faune sont amputées (en accéléré, depuis un certain temps) d'espèces entières, souvent à cause des "progrès" humains mais pas que... Et le suicide des baleines, sur les littoraux ! hein ! Bref ! Il faut bien que "l'espèce humaine" paie aussi son juste écot.

L'humain a ceci de particulier qu'il a la capacité d'exprimer sa pensée et de l'imposer aux autres - par la force et la ruse - dès lors qu'il appartient à "une élite" d'experts. Les autres, "les gens", le "peuple", le "populo" étant, comme je l'ai entendu dire à la radio dans la bouche d'une célèbre journaliste, des "anesthésiés mous" qui attendent "qu'on leur fixe un cap". Après, c'est comme "les moutons de Panurge", ils y vont...  

Donc le choix est fait, non revendiqué, très subtil, imparable,

- pour apaiser notre monstre qui contrairement au minotaure n'a rien contre les vieilles et vieux, avec toutefois quand même une préférence pour les vieux (Statistiques à l'appui : 80% d'hommes !). Il faudrait peut-être, en fait, lui imposer la parité ?  Enfin, comme on dit... "Je dis ça je dis rien". Je pose la question, c'est tout. - 

le choix, donc, de "nos chères têtes blanches".

Ça tombe bien, on en a quelques un·e·s sous la main qui ont commencé à être  regroupées dans des Ephad et les autres ce sera de la "servitude volontaire" ( Diantre ! Nous sommes en démocratie !). Chacun doit trouver sa solution. Le mieux ce serait peut-être de laisser son médecin un peu tranquille et de ne plus se soigner. Je ne sais pas... Faut y réfléchir. 

Allez ! Soyons sages...Préparons-nous, sans maugréer.

Réactivons, pour servir la société à laquelle nous avons été fiers d'appartenir en mai 68, les grands principes de jadis : " Vivre c'est apprendre à mourir"..."La mort ne surprend point le sage/ il est toujours prêt à partir..." .

                                                                                                                       Claire

 

Publié dans billet

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article