Saynète inachevée... " Brouillage et complexification " C.A.-L. (Suite et fin à écrire)

Publié le par Claire

             "La culture ment, apprend à croire à l'abstraction,  encercle l'esprit dans le désert de la fiction..."

                                                                    (   Aleksander WAT 1900-1967 )                                        

                                  puis-les-2-personnages.png

 

                                           Pour 2 femmes et 1 homme

                                                 BROUILLAGE

                                           (et COMPLEXIFICATION)

 

Anna est dans une cuisine. Assise à une table centrale. Elle épluche des carottes. Nana attend les épluchures, puis chaque fois les ramasse  sur la table et les jette à la poubelle. 

ANNA  - Quelle peste, franchement. Quand je pense à son frère. Je suis triste pour lui. Tu m'écoutes, quand je te parle ? On croirait que ça ne t'intéresse pas. 

NANA - Mais si ;  ça m'intéresse vraiment ; la vie de ta collègue. Ta peste de collègue. Ce que je me dis aussi, parallèlement, tu vois, c'est que...que... si tu penses à son frère, c'est que tu y penses.

ANNA - Et ...alors...

NANA - Ben... que tu y penses pour autre chose...

ANNA - C'est quoi autre chose pour toi ? Ne me regarde pas avec cet oeil torve. Il ne m'intéresse pas du tout, mais alors pas du tout. On arrête avec ça. Je suis triste, je t'ai dit. Triste pour lui. J'ai pas dit" amoureuse". J'ai dit larmes. Sèches et froides. 

(On commence à entendre des bruits mais aucune des deux ne semble au début s'en apercevoir)

NANA - Et pas rrrrroucoulades, mains moites, petit coeur tout chaud, tout chose...

ANNA - Tiens prends ça aussi. 

NANA - Pourquoi tu es agressive comme ça ? 

ANNA- Pourquoi tu dis ça ?

NANA -" Prends ça"... ça... dans les gencives, dans les dents. Tu as trouvé que j'exagérais à parler de tes émois secrets ?  Note bien que je n'en sais rien, en plus...Tu n'as pas aimé que je dise à tout le monde que tu avais les mains moites...?  C'est vrai, ça, par contre...

ANNA - Tu voulais donc me vexer. Tu es découverte. Ne va pas plus loin...Si tu veux mon avis, plus ce serait trop . En fait, je voulais que tu viennes ramasser ces quelques  épluchures là...Maintenant il y en a plus...c'est peut-être bien trop pour toi, pour tes toutes petites mains.

NANA - Oh ! Arrête avec mes mains. Ecoute, plutôt ? Qu'est-ce que c'est que ces bruits ?

ANNA  - Oui, c'est bizarre. Je ne saurais pas comment les décrire. 

(En fait les bruits ne doivent pas correspondre à ceux émis par  le chariot qui va arriver sur lequel se trouvera un frigo qui ressemble à un coffre fort)

NANA - Moi non plus, ce n'est pas...ni...ni même. Enfin qu'est ce que tu en dis, toi qui as plus de vocabulaire que moi. C'est vrai tu as toujours été meilleure en français. La préférée des profs la bonne petite fayotte. 

ANNA - Tu m'en veux aujourd'hui. C'est trop pour moi. Et ces bruits, c'est pas possible...(Elles se bouchent les oreilles. Les bruits s'amplifient. Plutôt stridents Puis brusquement silence. 

Et quelqu'un frappe...) -  Toc Toc Toc...

(...Et entre. Homme ou Femme. Pousse le chariot annoncé dans la didascalie supra. ANNA  et NANA sont éberluées. L'idéal serait qu'un spot éclaire, mette en lumière le nouveau personnage qui arrête le chariot au milieu de la scène et mime un/une  présentateur/trice d' émission de télévision "télé achat". Cela peut durer quelques minutes le frigo n'est pas ouvert tout de suite. On en vante d'abord l'extérieur. ANNA et NANA vont chercher  chacune une chaise et s'intéressent à la démonstration. L'animateur ouvre enfin le frigo/coffre fort à l'intérieur duquel on découvre ...un appareil qui ressemble à une grosse radio. Il sort le poste. Le frigo reste ouvert et semble vide. En fait, il restait le bac  à légumes d'où il finit par sortir des bouteilles qu'il met dans une sorte de sac tissu ou poubelle qui était posé dans un coin  et il sort avec le sac. Sans un regard pour les deux femmes. Immédiatement, de l'autre côté ( par rapport à la sortie du personnage ) on entend à nouveau les mêmes bruits qu'avant l'arrivée du frigo. Le même personnage revient  avec un casque sur les oreilles. Les bruits s'arrêtent. Il ferme le frigo et sort en poussant le chariot par une autre issue. Il sort pour se retrouver dans la salle, avec les spectateurs. )

 

ANNA et NANA se lèvent et se tournent vers le  public 

ANNA -  Alors ? Vous avez compris, vous,...  

NANA - ...ce qui s'est passé... ? Non...

ANNA - ...Vous voulez que je vous explique...? Euh ! Voilà....( à NANA ) Bon allez, commence, toi...

NANA - ...Non! Toi...Parce que moi, je n'ai rien pigé du tout. Un frigo coffre fort radio...

ANNA- Un livreur animateur télé...

NANA - Et puis ces bruits qui semblent liés à l'arrivée  du frigo sur la scène...

ANNA - A sa présence, c'est vrai, tu as raison...

NANA - En plus, tu as remarqué comme on est restées calmes. Pas de panique du tout. ... c'était normal.

ANNA - Tu crois que c'était un truc ringard genre théâtre dans le théâtre

NANA - Ah ! Ouais...Pour jeter le soupçon...Pour interroger la spécificité de la relation scène/salle. 

ANNA - Pour se demander si des fois on ne pourrait pas intervertir les rôles... 

NANA - Faire suer le spectateur en lui demandant de participer activement à l'action 

ANNA - ...qui à ce moment-là ...

UN SPECTATEUR (=Le livreur)- C'est bientôt fini vos réflexions poussiéreuses. Je m'ennuie avec vous. Je m'en vais.  On m'attend. Je ne reviendrai au théâtre que si j'apprends qu'enfin vous racontez de vraies  histoires.

ANNA et NANA - ( ensemble ) Mais ...Je vous reconnais, vous... 

SUITE ET FIN à INVENTER ou à DEMANDER en passant par les  commentaires. MERCI 

 

Publié dans autour du théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article