Georg SIMMEL (cofondateur de la sociologie et philosophe"de la vie")

Publié le par Claire

                                                     Notes de lecture

La vie tend à s'élargir, se reproduire, à s'accroître et enfin à surmonter sa propre mortalité.


Processus créateur dans lequel elle entretient un débat actif avec son environnement, qui lui fournit son propre espace et sa limite.


La vie produit ainsi des formes socio-culturelles qui trouvent leur origine dans ce processus créateur mais s'en détachent et déploient leur propre législation et leur propre dynamique, lesquelles ne se rapportent plus aux propriétés de leur origine.


En participant à cette culture objective, l'individu constitue sa culture "subjective".


Mais en même temps apparaît un conflit destructeur et permanent,

car les formes objectives font obstacle au développement créateur de la vie,

en leur imposant de l'extérieur leur propre législation, en se solidifiant.

"La tragédie de la culture  consiste en ce que les forces destructrices tournées contre un être sont issues des strates les plus profondes de ce même être précisément"

La liberté humaine reçoit la tâche d'ouvrir de nouveaux horizons pour la vie,

en luttant avec les formes figées.


Cette loi "individuelle" a une portée éthique.

Elle ne dépend pas d'une norme générale, mais repose sur le devoir individuel,

qui sous-tend le parcours existentiel de la personne.


Elle comporte un caractère d'obligation inconditionnée,

mais est en mesure d'intégrer au devoir l'historicité et l'unicité de l'individu,

ce dont une loi générale est incapable. 

Publié dans citations. Notes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

caroline 18/02/2009 23:46

J'aime bien se que dit ce George SIMMEL je note la référence... Un sociologue, philosophe.. C'est vrai que les deux matières sont vraiment trés proche en ce sens qu'elles traduisent toutes les deux des concepts qui nous éclaire sur le monde..