68 Au travers

Publié par Claire Antoine-Lhote

 

 

 

 

  

                                          en travers bleu

 

 

 

 

 

 

Au bord des choses invisibles, là où disparaît la forêt, le monde recule.

Ruines de l'exclusion; plaines de la séparation aux infinies étendues; routes déceptives qui mènent à l'impitoyable immensité farouche.

L'espace m'engloutit dans une distance incalculable et je passe au-delà du désordre. Je suis distendu par le désir forcené de toucher le fond et de demeurer dans la solitude.

Je me rapproche à perdre l'horizon. Je me désintègre, à souffle retenu,  dans le mouvement lent de l'attente.

Et là, enfin, je parviens à la limite du monde.

C.A.-L. novembre 2011

Publié dans Poème