40 - Psychanalyse

    Je t'accueille toi et ton espoir perdu.

                   Des  figures  se  répétent, en cercle. Sans cesse. Elles dansent autour de moi. 

                                                      Fantômes, d'où  venez-vous ? 

                                                                   Partez  Fuyez Fuyez 

                                                              Quelqu'un ? Pour m'en libérer...  

                                                    Mes poings frappent  la porte. 

                                                             A cadence obsédante.

                             Les traces du trajet restent marquées dans l'air, suspendues.

                                                 Immatérielles. Aériennes un instant.

                                           Sans origine ni fin mais de retour en parallèle. 

                                              Superposées presque. 

                                                  Seulement presque. 

                                                     Je compatis à ta violence infructueuse.  

                                                             Vis. Vis donc. Vis  ta force.  Vis maintenant.

J'ai peur. Ne me laisse pas. Tu ne m'aimes plus,  je ferai des efforts. Tu ne me vois pas. Eclaire-moi. 

            Non attends je vais allumer. Donne -moi du feu pour la bougie. 

               Tu n'en as pas. J'ai peur. 

                    Tu m'abandonnes à ces murmures. C'est loin. C'est loin. 

                         Qui êtes-vous ?

                         Je vous connais ? Je ne peux plus bouger.


                                      Je t'accueille dans le silence de ton exil. Toi et ton espoir enfoui.


Regarde-moi. Je suis là. Derrière toi. 

                   Qui es-tu ? On m'a parlé de toi : " Ne te retourne pas : elle va te pétrifier. "

Bétise. Des ignorants.

                                                Ecoute. Ecoute tes mots


Non. C'est horrible. J'ai mal. Je ne veux rien entendre. Je n'ai pas de mots. Je n'ai rien à dire. 


Tu parles tout le temps. Tu te répêtes. Tu soliloques. Tu nous fait peur. Parfois tu cries.

Je crie ?

Tu parles trop fort. Tu nous fait peur. Cache-toi. Tais-toi.  

Ta tante était comme toi. On ne l'invitait plus.  Elle s'en prenait à tous. 

Laisse-nous vivre. Tais-toi. Cache-toi.

Je veux rentrer.

Tu vois. Tu disais que tu voulais sortir. Tu divagues. Viens.  Viens. Viens...Tu recommenceras. On recommencera.  

Non! Pas là. Pas là. Ailleurs. Chez moi.

La solitude est mauvaise. Vois ta grand-mère. Le cimetière.

Non ! 

Tu n'es rien. Tu ne tiens que par les morceaux épars que tu couds serrés ensemble. Sans espace et sans trève.

Tu n'as pas de désirs. 

Peut-être, mais je vous laisse. 

           Pars d'un pied léger  au bord du lieu ténu et escarpé de tes failles secrètes et béantes.

 Mes adorations, mes haines qui me reteniez captive, je vous dépose. Vieux oripaux! 

Mais... de  nouvelles peurs me rejoignent.  Comment parler aujourd'hui ? Mes mots sont  si pauvres pour exprimer d'autres choses que  ce qui me retenait. 

De quel lieu parler, si je n'ai plus le soutien de mes archives mentales ? J'ai peur de l'oubli.  

Accueille cette peur. Tu survivras ainsi. Tu ne les oublies pas. Tu parles avec elles. Elles sont  apaisées. Aujourd'hui pour aujourd'hui. Dans ton présent tu les reçois. Tu es leur hôte. Un pont entre deux rives. Pas  une tombe.

                                                                                                                               C.A.-L. juin 2011