149- A l'école d'éole

Publié par Claire Antoine

 
Rapide il se déplace, il court, le vent
C'est simple 
"ça urge"
comme message 
Ah ! Mots aimés, chéris 
telles de douces phrases murmurées un peu à distance de mon oreille
 
Emergency 
Et il rencontra des harpes
fichées sur un plateau désert
elles étaient des centaines disposées comme sur une scène d'opéra
avec leurs petites lumières alertes pour le monde d'en-haut
Elles vibrèrent
toutes ensembles
et 
leur chant s'entendit au loin
jusqu'au fond des mers
les baleines
interdites un instant 
les reconnurent
les saluèrent 
et disparurent dans la nuit 
 
Le vent fut obligé de se faufiler dans le chemin
qui montait
Les murs l'oppressaient
Il siffla furieux
Il cria
 
Les arbres tremblaient 
de concert avec les portes et  les planchers
qui craquaient 
 
Par  structures chaotiques des matériaux métalliques venus de la fièvre
j'essaie d'organiser
la matière qui fuse 
en continu dans ma tête 
Boum des explosions saturées
dans un underground
de rythmes et de voix
 

Ce ne fut pas long
Il rejoignit l'avenue
fit voler quelques poubelles
tourner en bourrique quelques feuilles retardataires
et s'apaisa
emprisonné
dans un inquiétant overground
 
Le malaise revint plus fort...
Janvier 2016
 
 

Publié dans poème