Mars 2016 Souffrance sans objet 151

Publié par Claire Antoine

 

Souffrance sans objet 
qui s’incruste  dans ma chair 
et qui voile mon coeur
l'attriste, au bord des larmes 
Plaintes mornes 
insensibles aux chants ce matin des oiseaux qui piaillent
en ces jours d'accalmie du froid et du gris
Je nodule mes mots
comme autant de modulations 
grésillantes de mes consternations
de jadis 
prosternée. Le front 
sur le champ de braises
où hier encore pieds nus 
soutenue par l'espoir  
de la proximité de la voix... 
Elle m'entraîne
vers le mitan 
où se répétera 
la douleur doucereuse de la coupure. 
Le rasoir du poème 
D'où le sang coule blanc
et descend sans frein vers la mer de l'incertitude
pour s'y perdre   

Publié dans poème