Il y a labyrinthe...et ...labyrinthe...qq notes prises sur WIKIPEDIA

Publié le par Claire (C.A.-L.)

Un labyrinthe -λαβύρινθος- est un tracé sinueux, muni ou non d'embranchements, d'impasses et de fausses pistes, destiné à perdre ou à ralentir celui qui cherche à s'y déplacer.

Il existe plusieurs types de labyrinthes :

  • Rhizome : Le rhizome est infini, chaque chemin peut en croiser un autre, il n’y a pas de sortie, pas de centre et pas d’espace délimité. Le rhizome est flou et donc non défini : conjecture.
  • Maniériste : Ce deuxième labyrinthe est déjà plus compliqué. Il n’existe qu’une seule sortie mais on peut se tromper, de plus il y a des impasses.

Les labyrinthes suggérés dans le roman de la Rose d'Umberto Eco ne sont pas spatiaux, mais mentaux.

Le cercle dans lequel s'inscrit le labyrinthe symbolise l'unité, la perfection : il renvoie à la finitude de la vie.                                                                                                                                                                                                                                                                                              Dans de nombreuses cultures, l'Univers est représenté par une série de cercles concentriques. L'ovale représente en général le féminin, les lignes brisées rappellent les rivières, et les lignes droites, la pluie (l'eau étant le symbole de la vie). Le carré, quant à lui, représente l'Univers ou la Terre, la Création, et la croix centrale, le Cosmos, avec une ligne verticale (symbole de l'esprit masculin) et une ligne horizontale (symbole de la matière féminine), dont le point de rencontre est l'humanité.                                                                                                                                                                              Le labyrinthe est donc une représentation de la vie même.                                                La spirale peut aussi représenter le devenir : elle implique une vision cyclique de l'histoire, « Tout revient éternellement, mais avec une dimension nouvelle, parfaite contradiction de la ligne, de la conception unilinéaire du temps. »                                                                                                                                                                                                                                                                                                       Le labyrinthe est aussi un archétype de la Connaissance.                                                                                                                                                                              Son itinéraire se situe entre les Cornes du Monstre que l'initié doit affronter.                                          Son parcours est un chemin d'épreuves correspondant à l'imagerie symbolique d'un pont à traverser.       Ce pont archétypal est dénommé, dans la tradition mazdéenne Pont de Cinvat.                                            Il sépare deux univers.  Le passage d'un univers à l'autre s'effectue au prix de cette traversée qui s'accomplit selon des stratégies précises, où rien n'est laissé au hasard.                                            Les directives devant mener à la sortie du labyrinthe sont consignées dans les rites et traditions.                                                                                                                                                                                           Le labyrinthe est également symbole de voyage.                                                                                                                                                                                                                                   Union entre la spirale et la tresse, il représente un voyage différent selon le but recherché : le traverser ou atteindre son centre.                                                                                                                         Dans le premier cas, l'épreuve est unique (le dernier voyage de l'homme vers la mort, ou le passage vers l'au-delà).                                                                                                                                               Dans le second cas, l'épreuve peut être double, triple... car après avoir atteint le centre, encore faut-il pouvoir ressortir.                                                                                                                                        C'est l'image même de l'individu qui traverse une épreuve (physique, psychologique...), et qui doit sacrifier une partie de lui-même pour survivre.                                                                                                        Celui qui a réussi devient un initié ; il entre dans une nouvelle vie (d'où l'importance des rites initiatiques depuis les hommes préhistoriques).                                                                                                                 Le face à face avec la mort permet à l'individu sa résurrection.                                                                       Pour Alain Benoist, le thème du labyrinthe associe une construction royale et une promesse non tenue, qu'il s'agisse du roi Minos et du labyrinthe, de la construction des murailles de Troie, ou de la forteresse d'Asgaard...                                                                                                                                   En outre, le thème implique obligatoirement une femme ou une déesse.                                                                          D'après le peintre Patrick Conty, le labyrinthe peut se former à partir de la déconstruction d’un nœud.                                                                                                                                                                 Contrairement à un malentendu courant, le labyrinthe n’est pas un dédale.   Il est unicursal.                                                                                       On ne s’y perd pas, au contraire on s’y trouve.                                                                                             Le labyrinthe représente le chemin suivi par Thésée guidé par le fil d’Ariane, menant hors du dédale à partir de son centre.                                                                                                        Personne ne s’entend sur ce que pouvait être le dédale et sur sa configuration.                                            L’image du labyrinthe est alors toujours présentée hors contexte.                                                             Ce nœud qui se défait sans qu’on trouve les extrémités de la corde qui le compose est alors semblable au noeud gordien. D’après la légende, celui qui le dénouerait deviendrait le maître du monde.                                                           Deux symboles apparemment étrangers se trouvent alors réunis.                                                                     Grâce à la déconstruction du nœud la configuration du dédale contenant le labyrinthe crétois peut aussi être    découverte.                                                                                                                        Les deux symboles du labyrinthe et du dédale réunis offre un sens nouveau. [...]

Publié dans citations. Notes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article