Relais : Dans Poezibao, ce matin, note de lecture d'Alain Helissen, "Le Dessin d'une oreille" de Rorik Dupuis.

Publié le par Claire (C.A.-L.)

                                   http://poezibao.typepad.com/poezibao/2013/02/

                logo poezibao

[note de lecture] "Le Dessin d'une oreille" de Rorik Dupuis, par Alain Helissen             (  sorti le 16 janvier 2013 )

Posted: 13 Feb 2013 01:14 AM PST

La collection 25 de l’Atelier de l’agneau éditeur publie « le premier livre d’un auteur ». Louable intention qui permet à de jeunes écrivains de trouver là le tremplin souvent difficile à obtenir auprès de maisons d’édition plutôt « couveuses » d’auteurs confirmés. C’est l’occasion en tout cas de découvrir Rorik Dupuis, né en 1989 et n’ayant jusqu’ici publié que dans quelques revues. De nationalité franco-allemande, Rorik Dupuis est aussi pianiste compositeur et auteur de scénarios. Le dessin d’une oreille se compose de quatre parties, elles-mêmes organisées en une succession de textes courts. Si cet ensemble apparaît, à première vue, comme un récit désarticulé, il révèle peu à peu une réelle unité. Le style éclaté, dans une syntaxe presque télégraphique présentant la particularité d’une ponctuation se composant surtout de doubles points suivis de majuscules, finit en effet par offrir une lecture « compacte », même si le texte se rebelle contre toute linéarité. Ce premier livre donne l’impression d’un fatras de notes et d’observations diverses qui serviraient précisément à l’élaboration d’un « vrai » roman autobiographique. Mais Rorik Dupuis n’entend pas se soumettre à un scénario aussi convenu. Changer de lieu, d’histoire, de personnages, le préoccupe davantage. « Le seul mec de la compagnie qu’on devrait décorer, c’est le déserteur », peut-on lire dans le second chapitre. Et ce rôle de déserteur lui convient sans doute, lui qui déserte chaque phrase en construction pour en rejoindre une autre, bâtissant de fragments agglomérés un livre pluriel d’où émergent des souvenirs d’enfance, le sentiment amoureux, la sexualité naissante, l’errance, les frustrations, le tableau social… Rorik Dupuis est-il ce « sale gosse toujours barbouillé de larmes faciles et de mauvais chocolat » qu’il évoque chapitre trois ? Ou bien celui qui se demande « si l’on a fait de nos gribouillis une fresque ? » « Deux rues plus loin » − titre du chapitre quatre − il s’arrête chez le coiffeur pour demander une baguette. Il a « bon désespoir » que les choses changent. Une suite est annoncée. 
 
[Alain Helissen]
 
Le dessin d’une oreille, 
Rorik Dupuis ; 76 pages ; 14 €. Editions Atelier de l’agneau.www.at-agneau.fr 

                                                              

Publié dans Activités diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article