Printemps des Poètes - Metz - rue Amable Tastu, action poétique, en hommage à la poète née à metz.

Publié le par Claire (C.A.-L.)

Petit montage  souvenir

Petit montage souvenir

 Chaleureux remerciements à celles et ceux, - parmi lesquels se trouvaient des habitants anciens ou actuels de cette belle rue - à ceux qui ont, samedi,  affronté le temps maussade,  devenu, hélas,  progressivement frais et pluvieux,  à ceux, sans la présence de qui il n'aurait pas été posible d'évoquer Sabine Amable  Tastu née Voïart,  poète du romantisme,  "l'admirable messine ! L'admirable française" comme la qualifie M. André Bellard, en 1955, dans un de ses discours à l'Académie de Metz ! 

   Et André Bellard d'ajouter : " Metz qui se glorifie d'avoir été le berceau de Verlaine et de Gustave Kahn, a donné le jour à plusieurs femmes de lettres [...] parmi lesquelles il sied de placer  Amable Tastu. "    

 C'est la poète...

qui se bat avec une lucidité, à certains moments teintée d'ironie, pour exister dans le monde impitoyable, ( déjà ...) de ce qu'on appelle(ra) "la sphère culturelle", androcentrée, totalement investie, alors par le seul "génie créateur",  qui vaille, (et qui a travaillé dur à l'exclusion des femmes qui étant les "reines du foyer" n'avaient pas besoin, sacrebleu, d'un autre espace d'expression); la poète qui  bridant, contenant sa plume, saura exprimer avec art et sensibilité, dans un registre lyrique souvent mélancolique, ses désillusions et ses interrogations...

...que nous avons entendues et auxquelles nous avons été sensibles,  grâce aux lectures, intégrales ou par extraits de,

par ordre d'intervention, Marie, Caroline, Paulette, Monique, Claire et Jean-Luc. 

 

 

                                       rue Amable Tastu                 Amable TASTU +á la FIM en octobre 2013 2        Bonne version ré inauguration Amable tastu (1)

 

                                                        

- "la Fille des Fées"...l'heure a sonné.../Près du berceau, les bras entrelacés / dansait alors le choeur léger des fées.[...]/ la harpe vibre, et ses sons fugitifs/ ont éveillé les destins attentifs./ Reçois nos dons !...

- "Printemps" Viens, charmante saison, jeunesse de l'année,/ Viens animer encor le luth des Troubadours[...] 

 - " D'où vient que l'âme humaine" : L'homme des jours présents ne va plus, solitaire,/ les yeux perdus au ciel, ou baissés vers la terre...

- "la Gloire" : Qui ! moi, moi l'envier, la chercher ou l'attendre ? / [...] Non, je n'y prétends point, mais je crois la comprendre;/Et je m'applausdis de mon choix ![...]

- "Le rossignol" : Seul un rossignol chante encore/ [...] Le chantre de la nuit paisible/ Trahit sa présence invisible/ par de mystérieux concerts[...]

- "Rêverie" : [...] Amitié si puissante, et toi, belle"espérance,/ Doux trésors qui jamais ne me seront rendus, / Ah ! peut-on vivre encore et vous avoir perdus !

- "A Victor Hugo" : [...] Heureux qui dans l'essor d'une verve facile,/ soumet à ses pensées un langage docile[...]

- "A Chateaubriand": Oui, si dans mes beaux jours, comme aujourd'hui, poète,/ Vous m'étiez apparu, mains jointes devant vous, /[...] J'aurais courbé la tête/ Et fléchi les genoux[...]

      -  " Hélas ! Combien sont morts de ceux qui m'ont aimée"/ [...] Et tel, par qui jadis ces chants étaient fêtés, / A peine s'avouera qu'il les ait écoutés.[...]

- Sainte Beuve, lui répond  : Tous ne sont pas si loin : j'en sais un qui t'écoute/ et qui te suit des yeux. /[...]  

- Et lamartine : [...] A ces vains jeux de l'harmonie/ Disons ensemble un long adieu. /...

- Alors Amable répond : "Adieu" : S'ils ont dit vrai tous deux, ma tâche est achevée.../[...] Il le faut : adieu donc, Sylphe à la voix rêveuse;/ Ton servage est fini : va-t-en mon Ariel,[...]/ Toi, qui sans dévoiler, que d'une main discrète,/ Ma blessure secrète,/ Y sut verser pourtant une goutte de miel ! [...]

Elle renoncera à la poésie pour mieux la retrouver mais bien des années plus tard...

 

       

 

                          

                        Rue-Amable-Tastu.jpg           rue Amable Tastu

 

           Ci-dessous un lien avec le site où vous pourrez trouver bon nombre de ses poèmes et le titre d'une biographie très agréable à lire. 

                                       http://fr.wikisource.org/wiki/Po%C3%A9sies_(Amable_Tastu)

  • Catherine Poussard-Joly, Madame Tastu, ou, « La muse oubliée » : (biographie), Palaiseau, Société historique de Palaiseau, 1995 ISBN 9782950660329

 

 

      ***

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article