Mauvais alexandrins césurés systématiquement à l' hémistiche, devenus "par défauts" honteux hexamètres

Publié le par Claire (C.A.-L.)

                                                          Muraille PorteMuraille Porte

J'allais voir ma fille, j'étais dans le train, et pour rendre mon voyage plaisant, je voulais, au départ,

pasticher la célèbre "fileuse" de Paul Valéry.

Pourquoi ? Mais parce que j'avais un de ses recueils de poèmes dans mon sac, voyons. Pas plus que ça. Pour faire "de l'exercice". J'en aime le début : 

 

" Assise la fileuse au bleu de la croisée

Le rouet ancien qui gonfle l'a grisée..."


Mais bon...C'est une évidence même pour le pasticher, il faut la bonne dose... :

 " 10% d'inspiration et 90% de transpiration", car quelle perfection technique !

Je me suis peu à peu laissé déborder et j'ai terminé dans l'urgence.

Je n'aurais pas dû commencer par prévoir les rimes et leur enchaînement (aba/bcb/cdc/ded/efe/fgf etc ) jusqu'au verset final.

Le développement s'est fait ainsi,

en partant de la fin d'un supposé dodécasyllabe.

Au fur et à mesure j'ai ajouté des contraintes.

Des répétitions de mots, de syllabes, à intervalles réguliers etc. Et je me suis perdue en route.

Aucune souplesse ni inventivité dans les coupes et césures...Les accents ne sont pas vraiment travaillés non plus.

Le/un  sens est arrivé pendant, par surprise.

 

Le résultat, le voilà...Boff...C'est très très... 

 

 

 

Assise à la fenêtre,

Elle rêve morose (a)

Ses songes la transportent

Debout dans une bulle (b)

Jusqu'au jardin tout près

Où elle cueillit des roses. (a)

 

Le bouquet lui donna.

- Son souvenir la brûle- (b)

Hélène n'est pas prude.

Il lui fit de la peine. (c)

Elle trébuche et tombe.

Loin, une chouette hulule. (b)

 

La bulle éclata qui

Chez elle la ramène.

Son corps est frémissant.

Ses larmes ravalées,

Il ne saura jamais.

Serpolet marjolaine...

 

Si grande fut sa peine !

Accoudée, accablée

Aux Erynies, semblable,

Elle peut devenir.

Se levant, elle court

La pente est dévalée.

 

Tendresses ravalées

Pour le voir revenir

Qu'elle puisse maudire 

Enfin le scélérat

Sur lequel le malheur

Elle veut faire venir.

 

Fin de tout avenir :

- tu as été ingrat -

Par les vertus du trèfle

Qui la fera traîtresse

Sauge  thym  romarin

Tu la suivras.

 

Et c'est là, scélérat

Qu'heureux par ta maîtresse

Que la douleur étreint

Au profond de son coeur

Tu connaîtras aussi

Son ardeur vengeresse.

 

Elle rêve morose

Aux affres de son coeur.  

C.A.-L. (37)

 

 

 

 

Publié dans Activités diverses

Commenter cet article