Le 8 mars 2013 à Metz Queuleu

Publié le par Claire (C.A.-L.)

         Un grand merci à tous ceux qui ont participé

                       à cette soirée.  

                                                                                                                                                                                                                    Fleuve vivant

                Entre Genre et Sexe...Le sexe au péril du genre... Genré plutôt que sexué

                         Une rencontre de bonne facture aux constats un peu pessimistes,

Très difficile, en effet, de comprendre  pourquoi, depuis des millénaires la femme est sommée de rester en retrait...

Et le principe de stricte égalité sexuelle des sociétés occidentales ne pourrait-il pas au bout du compte être considéré comme une utopie - dont on sait quels ravages elles ont pu faire -, ou comme un leurre, ou comme une manière de mettre définitivement, malgré les apparentes "avancées",  le genre féminin "aux arrêts " ?                                

  Toutes ces notions ont été approchées par Gül ILBAY-LECLERC vendredi 8 mars 2013,  au Centre Culturel de Metz Queuleu.

 

                                                          La recette


 Une femme : de conviction, intellectuelle, à la double culture, franco-turque 

 Un cadre : La journée internationale de la Femme

 Une question :  " Pourquoi cette lutte sans fin  entre hommes et femmes ?"

 Des réferences : historiques, ethnologiques et en particulier,

                   le livre d' Ivan ILLICH, Le genre vernaculaire

 Une pensée qui s'organise entre les réactions d'un public d'une trentaine de personnes

Un vécu personnel et professionnel, des textes lus, des textes traduits, des textes écrits par elle et par d'autres

Un refus des réponses toutes faites, et vous avez-là les ingrédients de l'exercice auquel s'est livré avec talent la conférencière.  

Gül ILBAY a montré une pensée entrain de se constituer, le trajet des raisonnements, a souligné des impasses, des ponts, rebondissant entre les concepts dans la première partie et sur les interventions du public dans la deuxième.

Public féminin en majorité mais suffisamment d'hommes pour que la rencontre ne soit pas à considérer comme sexiste et discriminatoire. 

                                                                           Merci à elle.

                                                                                            Claire Antoine

 

 

 

 

 

 

Publié dans Réaction

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article