Saynète - Filage " Quelqu'un aurait-il enfin vu Henry et Thierry ? "

Publié le par Claire (C.A.-L.)

                         Quelqu'un aurait-il enfin vu Henry et Thierry ?

              ou la béance tragique des personnages qui restent entre deux mondes. 

                                                       ***

       Les personnages :   OFF( H/F ), sur la scène au début et à la fin.

Le reste du temps dans les coulisses en off. Simon ( H); Sabine;  AlexieAdeline. (3 F) 

Henry est évoqué mais on ne le verra pas, de même que Thierry.

                                                        samedi 11 février 2012 010                  

 

 

 

     Ils arrivent l'un après l'autre de sorte que le metteur en scène "OFF" qui restera ensuite dans les coulisses se trouve sur la scène, les accueille et les nomme pour que le public puisse les reconnaître. 

  Ils sont autour d'une table. Les didascalies seront en principe lues  

 

OFF : Allez allez, on y va les djeun's. Et tâchez d'être bons. Ça fait trois fois qu'on recommence ! Atchoum ! Excusez-moi ! ...Atchoum !

Simon : A tes souhaits, OFF

OFF : Merci Simon. Vous devriez déjà le savoir par coeur ce petit texte  ! Et dire que ce n'est que le début ... que la suite est encore à écrire !!! Qu'est-ce que vous faites de vos soirées ? Commence, Simon. Je ne vous interromps pas, on laisse filer. Action.  ( Il est arrivé dans les coulisses )

                                           

Simon : Quelqu'un a vu HPM ?

OFF : Plus fort

Sabine : Non mon gros loulou. Personne ne l'a vu.  

Alexie : Depuis 2 heures, ce matin.

Simon : Vraiment ?

OFF : Moins nasillard !

Sabine : Puisqu'on te le dis ! Tu ne me crois pas ?

Alexie : Tu ne vois pas que tu déranges. Ôtez-vous de mon soleil, toi et ta chemise à fleurs. 

Sabine : C'est vrai ça, ta chemise à fleurs...Je voulais t'en parler, justement.

Simon : Quoi ? Qu'est-ce qu'elle a ma chemise à fleurs ? Elle n'est pas belle, peut-être ? Elle ne te plaît pas ?  Il s'approche d'Adeline qui somnole Et toi, Adeline, qu'est-ce que tu en penses ? Il  tourne sur lui-même, comme un mannequin et chantonne  en nasillant, comme le chanteur Antoine et  mimant un joueur de guitare ...Si je porte des chemises à fleurs, c'est que je suis en avance de deux ou trois longueurs...là il mime un joueur d'harmonica...Elle dort la belle Adeline.

OFF : Cool. Mais refaites-le en bougeant les didascalies. Vas-y Simon. Tu les lis en même temps  

Simon : Quoi ? Qu'est-ce qu'elle a ma chemise à fleurs ? Elle n'est pas belle, peut-être ? Elle ne te plaît pas ?  Il s'approche d'Adeline qui somnole. Et toi, Adeline, qu'est-ce que tu en penses ? Il  tourne sur lui-même, comme un mannequin et chantonne  en nasillant, comme le chanteur Antoine et  mimant un joueur de guitare ...Si je porte des chemises à fleurs, c'est que je suis en avance de deux ou trois longueurs...là il mime un joueur d'harmonica...Elle dort la belle Adeline.

OFF : Un vrai pro ! Ça marche. On croirait carrément Antoine. Allez la suite...

Alexie : Tu as l'air ému, dis-donc ! Elle te plaît tant que ça ? Cette....

Adeline qui était couchée dans le hamac essaye de se redresser  : Cette quoi ?

OFF : Franchement Adeline. C'est vrai qu'il n'y a pas de hamac, mais quand même. Je veux un ton ha-ma-kkk...vakances, Kamping plage abandonnée. Recommence.

Adeline qui était couchée dans le hamac essaye de se redresser  : Cette quoi ?

OFF : C'est bon ! La suite..

Alexie : Cette fille. Non je n'ai pas dit pouffe. Non ! Jamais un tel mot, te concernant surtout, ne pourrait sortir aussi crûment de ma bouche. Jamais tu m'entends bien. Non. Je ne suis pas vulgaire. Moi.

OFF : Plus fort. Recommence...Il faut qu'on entende les "ou" bouffe ou ou ffe ...Non, excuse-moi, je me trompe, je veux dire bouche ou ou chch... Pouffe ou ou ou ff. A toi.

Alexie : Cette fille. Non je n'ai pas dit pouffe. Non ! Jamais un tel mot, te concernant surtout, ne pourrait sortir aussi crûment de ma bouche. Jamais tu m'entends bien. Non. Je ne suis pas vulgaire. Moi. 

OFF : Alexie répète-moi ça : hou hou fait le loup et l'eau qui bout ça ça dans la bouteille ? Tu es fou mon loulou

Alexie : Tu exagères ououououououou

OFF : Ah  ! Tu fais ta mauvaise tête. Bon avance on n'a pas le temps. Travaille ça avec Sabine. On continue,  à toi, Adeline

 Adeline : Qui serait vulgaire, ici ? Pas moi, déjà. Je ne suis pas ordinaire. Henry de me l'a confirmé hier. 

Alexie : Ah !

Adeline : Ah ! Tu es quelconque, quand tu ouvres la bouche de cette façon. Banale. On peut même dire que tu manques de distinction.

Simon : Sans rire, Alexie, comment sais-tu que c'est depuis 2 heures du matin ? Tu ne dormais pas ? Tu étais dans sa chambre ? C'est ça tu étais dans sa chambre... Nympho.

Alexie : Tu vas trop loin. Non. Je l'ai entendu passer devant ma chambre, c'est tout.

Sabine : Au fait, OFF, pourquoi avec moi ?

OFF : Avec moi quoi ? Bosse  Sabine bosse ! Excuse -moi de ta dire ça, te vexe pas. Mais je ne te sens pas, là ! Tu as la tête ailleurs ! 

Sabine : Mais je n'ai encore presque rien dit.

OFF : Sabine arrête de discuter. Je te dis ça, parce que c'est comme ça c'est tout; Atchoum ( en salves ) Allez ! Je t'écoute. On t'attend, là ! 

Sabine : Comment pouvais-tu savoir que c'était lui ? Tu avais ta porte entr'ouverte ?

OFF : Et ben, voilà. C'était pas si difficile !

Alexis : Exactement.

Simon s'étrangle : Tu attendais Thierry, c'est ça ? Tu fantasmes sur lui depuis qu'il est arrivé. Ne dis pas le contraire.

OFF : T'es pas vraiment étranglé, si tu veux mon avis. Tant pis on ne reprend pas. La prochaine fois, fais attention.  

Adeline : Désolée de te contredire, c'est avec moi qu'il est.

Simon : Peut-être, mais ça n'empêche pas Alex de...

Alexis :  De quoi ?  Ecoute...Tu ne comprends pas tout, alors va cultiver tes fleurs et fiche-nous la paix. Non, plutôt commence à faire des braises pour le barbeuk.

Simon : Tu ne manques pas d'air. 

OFF : Atchoum !

Alexie : Non. Ça va aider pour le feu... et celui de la mer me convient bien. Je me sens délicieusement dorée, amoureuse...Ne me regarde pas comme ...comme je ne sais pas quoi...Tu me regardes comme...comme une chose sexuelle... pas de toi, amoureuse,  bien sûr. Nous deux c'est fini, nini ! Adeline n'attend que ça, essaie...

OFF : J'attends un effet "braise" Alexxxx, sexxxxe...Capito ? 

Alexie  : Oui, d'accord. Je vais travaillerça pour demain. A toi Adeline.

Adeline : Tu es fatigante, vraiment. Quelqu'un pourrait me donner de l'eau minérale gazeuse et fraîche, je ne me sens pas très bien.

Alexie : Pas très bien. Tu ne fais rien depuis que tu es arrivée,  à l'improviste, d'ailleurs. Tu aurais pu prévenir. Tu joues les divas. C'est comme Sabine...

Adeline  se relève brusquement, la main devant  la bouche et court vers l'intérieur de la maison.

 OFF : Atchoum ! Atchoum ! 

Sabine : Madame l'extra-ordinaire ! Comme si Henry allait perdre son temps à lui faire des compliments. Il n'est pas là pour ça. Mais où est-il d'ailleurs ? Cela devient presqu'inquiétant. ( imitant Adeline ) "Henry me l'a confirmé hier" . Qu'est-ce qu'elle a ?

Alexis : Tu m'en demandes trop C'est vrai qu'elle était pâle. Elle serait malade ? Une gastro peut-être...Il y en a en ce moment.

OFF : Oh ! Alexis...

Alexis : Quoi encore. Je croyais qu'on faisait un filage et là tu coupes tout le temps. T'es enquiquinant.

OFF : Tu as raison. On n'a pas le temps. Mais sois plus vraie bon sang ! Commence Sabine je ne veux pas m'enerver. Atchoum atchoum

Sabine : Arrêtons de parler d'elle : ne parlons de rien. Zen. Le grand tout le grand rien le grand vide. On est bien là. Le silence endort. 

Elle  s'assoit et met sa tête dans ses mains.

Adeline revient : Depuis qu'on est arrivés je me sens barbouillée. Simon tu devrais nous faire plus de légumes bouillis. Tu fais tout frire. Et puis tu sales trop.

Simon : Ecoute, chérie...Fais à manger toi-même. Je mettrais bien moi aussi les pieds sous la table.

Sabine à Alexis : Tu vois pourquoi je les aime les deux là. Ils sont si...reposants. Continuez continuez. Alors, comme ça tu ne veux plus nous faire à manger, Simon ? Eh ! Bien, commande une  pizza. Une mégapizza.

Simon : Si chacun paye sa part, c'est d'accord pour moi. Je ne me laisserai plus arnaquer par vous...comme l'an dernier. Je n'en ai pas les moyens.

Adeline à Sabine : Il devient radin, ton cousin. Je n'en veux pas moi de la pizza. Je préfèrerais des pommes de terre à l'eau.


                              Sabine fait un geste fataliste.

 

 OFF est  revenu sur la scène. Ils rangent leurs affaires et réagissent à ses propos uniquement par des expressions sur le visage ou des gestes, sauf au moment où il sera question de Thierry, là Alexie prononcera son nom. Ensuite ils sortiront tous ensemble.                                        

 

 OFF : On va dire que c'est bon pour moi. Sabine, tu te maquilleras davantage, demain et toi Simon, c'est  parfait, tu as fini par trouver le ton. Pour toi Alexie : juste un peu plus de conviction... hein ?  Quoi, Adeline ? Même si c'est "alimentaire", comme tu le dis d'habitude, ... même ! Atchoum ...Tu as un loyer à payer toi aussi. C'est tout pour ce soir. N'oubliez pas de dire à Henry qu'on commence ses scènes à 7 heures pile, demain. 

Alexie à OFF : Et Thierry ?

 OFF : Thierry, Thierry...il n'y en a que pour lui, ma parole !  Tu le sais bien, Alexie, que pour Thierry, c'est après demain... Ah ! L'amour !!!! Il est au courant au moins ? HAHAHAHA  je ne me moque pas, je rigole, c'est tout. Fais pas cette tête, ma chérie. Bon, allez, c'est pas tout ça. Je file me pieuter, j'ai un de ces rhumes, moi ! Atchoum ! Atchoum ! ...

                                      Rideau ou obscurité

                                                ***

                                       

Publié dans autour du théâtre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article