Trouvé sur http://www.univ-paris8.fr/RING/ Colloque à l'automne à Montréal pour faire le point concernant les femmes et la création dans la francophonie

Publié le par Claire

Il couvrira les domaines des arts visuels, de la danse, de la littérature, du cinéma et du théâtre

en y ciblant les avancées théoriques fondées sur des objets choisis de création et la création comme contribution théorique.

 Plus précisément, il se concentrera sur la cohabitation des théories féministes ou sur le genre et de la création  et comment celles-ci se croisent, s’interconnectent ou s’alimentent.

Ce colloque permettra d’analyser et de commenter certaines productions littéraires et artistiques contemporaines en vue de déterminer leur apport à l’avancement du savoir et des femmes.

 

 Depuis que les études féministes ont pris place dans les milieux universitaires, depuis que les études sur le genre s’imposent par une « ouverture » vers les rapports sociaux de sexe, qu’en est-il de la recherche qui se fonde sur les relations entre la théorie et la création ?

 Que nous apportent, par exemple, les théories constructionnistes, alors qu’elles contribuent ou se confrontent aux œuvres littéraires ou visuelles ?

 En art et en littérature, de nombreuses productions contemporaines, voire actuelles, revisitent l’image du corps (Nelly Arcan, Alice Massat, Kiki Smith, Jana Sterbak) ou proposent, par exemple, des créations axées sur le « devenir identitaire » (Pilar Albarracin, Valérie Mréjen, Christine Angot), ou encore des textes ou des images à caractère ouvertement sexuel (Virginie Despentes, Catherine Millet, Marie L., Tracey Emin, Marlène Dumas).

Or, l’œuvre ne peut ni ne veut jamais prétendre être le support illustratif de la théorie, tout comme la théorie ne peut commander ce qui est à produire lorsqu’il s’agit de rendre visible un engagement politique. Mais l’une et l’autre sont néanmoins à la fois autonomes et complices.

Dans le cadre de ce colloque, la théorie, la création et la réception seront les champs visés par les questions suivantes :

 Dans quelle mesure les théories féministes ou sur le genre et la création s’avèrent-elles compatibles ?

Y a-t-il remise en question du rapport théorie et création dans les études féministes ou sur le genre ?

Quels sont les points de jonction qui favorisent un travail de création à partir d’un positionnement féministe ?

 Quelles sont les démarches de création pour lesquelles les théories féministes ou sur le genre sont indissociables de leur existence ?

 En quoi la création littéraire ou artistique contribue-t-elle aux avancées féministes au plan théorique ?

Comment la théorie prend-elle place dans la démarche créatrice ?

 Quelle est la place du public lecteur ou spectateur dans ce contexte de création et de théorie ?

 Que signifie aujourd’hui penser le rapport « théorie et création » dans un contexte d’engagement politique ?

Publié dans Activités diverses

Commenter cet article