Clemens BRENTANO "Über eine Skizze" ( libre traduction - càd "NON MODELE A SUIVRE" erreurs assumées- )

Publié le par Claire (C.A.-L.)

                                                                                        SDC10063  
                                    Clemens Brentano (1778 - 1842)
Über eine Skizze

Verzweiflung an der Liebe in der Liebe
 

In Liebeskampf? In Todes Kampf gesunken?
Ob Atem noch von ihren Lippen fließt?
Ob ihr der Krampf den kleinen Mund verschließt?
Kein Öl die Lampe? oder keinen Funken?

Der Jüngling - betend? tot? in Liebe trunken?
Ob er der Jungfrau höchste Gunst genießt?
Was ist′s, das der gefallne Becher gießt?
Hat Gift, hat Wein, hat Balsam sie getrunken.

Des Jünglings Arme, Engelsflügel werden -
Nein Mantelsfalten - Leichentuches Falten.
Um sie strahlt Heilgen Schein - zerraufte Haare.

Strahl′ Himmels Licht, flamm′ Hölle zu der Erde
Brich der Verzweiflung rasende Gewalten,
Enthüll′ - Verhüll′ - das Freudenbett - die Bahre.

 

                                                           A propos d'une esquisse

                                                     Désespoir pour l'amour par amour

 

Terme d'une joute amoureuse ?  Abandon à l'agonie ?

La vie  coule-t-elle encore de ses lèvres ?

Ou un spasme de sa petite bouche l'arrête-t-elle ?

N'y-a-t- il plus d'huile dans la lampe ? Ou alors plus d'étincelles ?

 

Le jeune homme - est-il en prière ? Mort ? Ivre d'amour ?

A-t-il jouit des plus hautes faveurs de la  femme ?

Et qu'est-ce donc qui coule de la coupe renversée ?

A-t-il bu du poison ? du vin ? un remède ?

 

Les bras du jeune homme deviennent les ailes d'un ange

Non. Pas les plis d'un manteau -  Les plis d'un linceul.

Autour d'elle une auréole - Ses  cheveux ébouriffés.

 

 

Que rayonne la  lumière celeste, que l'enfer sous la terre flamboie

Brise du désespoir la force furieuse 

Dévoile la couche joyeuse - recouvre les civières. 

 C.A.-L. août 2011


 

 

Publié dans Activités diverses

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article