sur Norbert ELIAS (Wikipedia)

Publié le par Claire

Connu en France pour ses travaux sur le « processus de civilisation » en Occident, ce sociologue pionnier de la vision constructiviste a cherché dans ses travaux à dépasser la traditionnelle opposition entre individu et société. Les individus interdépendants forment la société qui n'est donc pas extérieure à eux : la société n'est pas le simple agrégat des unités individuelles (individualisme méthodologique) ni un ensemble indépendant des actions individuelles (holisme).

La notion d'interdépendance est au cœur même de la théorie d'Élias. Il l'explique ainsi :

« Comme au jeu d'échecs, toute action accomplie dans une relative indépendance représente un coup sur l'échiquier social, qui déclenche infailliblement un contre-coup d'un autre individu (sur l'échiquier social, il s'agit en réalité de beaucoup de contrecoups exécutés par beaucoup d'individus) limitant la liberté d'action du premier joueur » 2

Norbert Elias nomme les formes spécifiques d'interdépendance entre individus « configuration » ; ces configurations peuvent être de taille variable de la plus petite forme de relation à celle de la taille des relations internationales. La complexité et la longueur des chaînes de relations permettent de différencier ces interdépendances. La notion d'interdépendance est par ailleurs reliée à celle de pouvoir  : il envisage le pouvoir comme un déséquilibre dans les interdépendances: si je suis plus dépendant de l'autre que l'autre ne l'est de moi, il a alors un pouvoir sur moi. L'interdépendance des individus joue aussi sur leur personnalité en leur imposant des réseaux préexistant à lui qui laisseront leur empreinte dans l'habitus de l'individu.

Norbert Elias nous met en garde contre les définitions a priori des notions de micro et macro-social : ce sont des notions relatives: une relation nationale sera micro par rapport à une relation internationale mais macro par rapport à un jeu de 4...Il rejette par ailleurs la visionévolutionniste de l'Histoire: les évolutionnistes voient l'Histoire comme unidirectionnelle et unidimensionnelle; pour lui l'Histoire est la somme des projets sans projet et des finalités sans finalité que les individus ont apporté au fil du temps.

Enfin, le processus (ou procès) de civilisation consiste en une médiation des pulsions, en leur canalisation par des dispositifs normatifs qui interdisent l'expression des émotions notamment violentes. Cette thèse est proche des idées que Freud exprime dans Malaise dans la civilisation. Ce processus est compris par Norbert Elias comme un effet de la "curialisation", c'est-à-dire de l'extension des pratiques de la cour à l'ensemble de la société : la cour, en particulier le Versailles de Louis XIV, qui était le modèle des cours européennes à l'époque classique, imposait en effet à ses membres une pacification des mœurs (dont l'interdiction du duel est le symbole), un contrôle de soi extrême, en particulier sur les pulsions agressives, ce contrôle de soi débouchant sur une distanciation intellectuelle par rapport aux conduites (ne rien laisser paraître, affecter l'indifférence) et sur l'importance nouvelle donnée à la parole et à un langage "noble", "raffiné", "distingué" (dont la préciosité est une forme caricaturale). La "société de cour" a ainsi favorisé la réflexion sur soi, en particulier sur les pulsions et les émotions contraintes et refoulées, réflexion d'analyse psychologique dont des écrivains comme La Rochefoucauld(Réflexions ou sentences et maximes morales) ou Saint-Simon sont des représentants exemplaires. Au xixe siècle, le processus de civilisation s'étendra à la bourgeoisie puis aux classes populaires.

Publié dans citations. Notes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article