Aimer Goethe ? notes/citations puisées dans la présentation des "Ecrits sur l'art" de Goethe par Tvetan Todorov. Les romantiques l'ont emporté...

Publié le par Claire

 

 

 

                                    fin-2011-002.JPG

 

                                                 Préface : première partie.

                                                    "Aimer GOETHE ?"

GOETHE  s'inscrit dans un système que l'occident ne partage plus, depuis 150 ans.
                                           En quelques mots...
             GOETHE est hostile aux romantiques, or, ce sont eux qui l'ont "emporté".

                            Nous vivons dans le monde des valeurs romantiques.

           Une esthétique et une éthique de l'extrême et de la limite se sont imposées,
     alors qu'il n'y a pas pour Goethe de valeurs supérieures à la modération et à l'équilibre.

                                    Il reproche à ses contemporains  romantiques de
"pousser à bout, jusqu'à l'impossible, le laid, l'horrible, les cruautés, les bassesses et toute la bande des infamies, voilà leur satanique travail.".
                                                    ----------
  "En général, je préfère les histoires aux raisonnements" dit un personnage de Goethe.
                                   Retour au mythos au détriment du logos.
Il récuse la séparation entre la pensée et l'action (qui selon lui est le propre de la philo)
"que ma pensée ne me sépare pas des objets...que ma contemplation soit elle-même pensée, ma pensée contemplation".
Il se plaît à dire "Toutes mes poésies sont des poésies de circonstances" càd qu'elles partent d'un fait particulier.
  Et le général est dans le particulier et ne doit être que là.
                                                  Formule audacieuse :
" le plus élevé serait : comprendre que les faits sont déjà théorie. les bleus du ciel nous révèlent la loi fondamentale du chromatisme. Qu'on ne cherche rien derrière les phénomènes; ils sont déjà eux-mêmes de la théorie." ( Maximes, 575)                                                                      Goethe est lui-même la théorie :
                                                                Il dit :
" Ma formation était pour moi une affaire sérieuse, j'ai travaillé sans relâche à faire de moi une plus noble créature".
Du même coup, il efface donc la frontière entre les oeuvres d'art et sa vie, entre les produits et la production.
                                                   Il écrit à Schiller :
" Je ne rentrerai pas avant de m'en être donné jusqu'à satiété de l'empirisme quotidien, puisque l'absolu nous est interdit..."
Il vit dans les objets, les êtres, les actions : " Je ne suis vraiment apte à penser qu'en agissant".
A Schiller, le même jour, il envoie une lettre consacrée à des affaires littéraires et " un plat de carottes".
"Oui, vous avez bien lu, dit TODOROV, je m'aperçois soudain que je peux aimer GOETHE, à cause de cette continuité posée entre les  pensées exprimées par la lettre et les carottes cuites envoyées en cadeau.
Imagine-t-on KANT ou HEGEL, envoyer à un ami un opuscule philosophique, accompagné pour le cas où l'ami le trouverait plutôt faible, d'un plat de choucroute ?".
( à suivre)

Publié dans citations. Notes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article