"Le commerce d'une action poétique" Alain OLLIVIER

Publié le par Claire

 

 

 

 

 

         Le théâtre  se nourrit de tout et rien d'autre que le théâtre n'est utile au théâtre.

Théâtre et non simulacre

(ce  fait destiné à devenir programmation animée par une relation fétichiste à la vie artistique.)


L'art pensé dans un temps pris au temps social. Subverti au temps social. Résistance au temps normatif.
(paradoxe : la réussite tient au pouvoir des acteurs de la scène à entraîner dans le temps de leur révolte ceux qui sont venus souvent en payant ) 

Le commerce d'une action poétique.

L'événement théâtral ne se mesure pas à la quantité de spectateurs payants.
Des spectacles drainant un public  considérable n'auront pas d'influence, à l'inverse de certaines pièces faites ds la pauvreté.


L'idée grand public est ubuesque.

Elitiste car elle attribue -ou feint de le faire- à 1 nombre limité la faculté d'être touché et transformé par la poésie dramatique.


Idée de classe, leurre méprisant et populiste.


...SOLUTION : Lire ( apprendre à lire)

pour que théâtre agisse autrement que mené par des préoccupations économiques où les oeuvres sont jouées non pour ce qu'elles représentent d'énigme, mais pour ce qu'elles sont cotées à la Bourse ds valeurs culturelles.


            Qu'est-ce que poésie dramatique  ? Goethe le dit : " Poésie est délivrance"


                  Lire encore

pour que ne soit pas pour nous illisible l'oeuvre peuplée de monstres inconnus qui nous délivrera de ce qui nous tient dans l'obscurité et la culpabilité des crimes de notre histoire.

Publié dans citations. Notes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article