Nihilisme et modernité de Michel GUERIN

Publié le par Claire

"Tuer Dieu est à la portée de l'ho dont on ne dira jamais sûrement s'il est coupable pcqu'on l'a tué ou bien tué pour se délivrer de sa hantise de culpabilité. Ce qui, en revanche, passe ses forces et son savoir, c'est : que faire du cadavre ? Comment ns débarrasser de Dieu, une fois mort , si nos sentiments, nos valeurs, continuent d'en témoigner, de parler pour lui ?
Voilà l'aspect redoutable entre tous du nihilisme : le sentiment d'1 culpabilité immense, insatiable qui ns fait sentir et penser en arrière, ressasser ou remâcher. Dieu, finalt est notre culpabilité, la marque  "caïnite" de tte culture.
Dieu est mort et qd ns n'y pensons plus, ns le pensons plus que jamais ds ds substituts : nos représentations. Sauf que Dieu n'est plus 1 absence( deus absconditus), ms au contraire le vide plein de lui-même, le non-sens présent d'1 cadavre inenfouissable, simultanément encombrant ( étouffant) et surérogatoire (cf Nietzsche Dieu devenu 1 "hypothèse trop extrême"). L'absurde n'est pas le manque, mais l'embarras."



Gide " L'art survient quand la vie ne suffit plus à exprimer la vie"....Il "justifie" l'existence. # explique mais prend acte de La donnée essentielle. Sous qq formr que ce soit, l'art  sanctionne l'existence...forme sans patron d'1 étonnement qui ouvre droit à la question, mais interdit tte réponse dernière.

Publié dans citations. Notes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

clovis simard 03/07/2011 12:58


Voir mon blog(fermaton.over-blog.com)Page-15
THÉORÈME DE LA SIGNIFIANCE.