Relecture : extraits d'extraits de notes de lecture (trouvées dans Poezibao en janvier 2013) de Nathaniel TARN. " Pouétic - Bizness(...)

Publié le par Claire (C.A.-L.)

Formidable  journal de la poésie. L'article est du 17 janvier 2013

Formidable journal de la poésie. L'article est du 17 janvier 2013

Relecture ce matin d'un article, qui me paraît toujours aussi intéressant,

trouvé dans Pozzibao en 2013

     [Extraits de « Lettre ouverte concernant la proposition de création d’un Ordre du Silence : Production et consommation de Poésie, et phénomène du Pouétic-Bizness à notre époque », 1979, in Views from the Weaving Mountain, « Vues du Haut de la Montagne qui Tisse ».]

http://www.paperblog.fr/6051789/anthologie-permanente-nathaniel-tarn/

 

Notes de lecture sur la création de  Nathaniel Tarn, poète américain

                traduit par  Auxeméry 

 
 

« […] La question majeure... à qui s’adresse la poésie : quelle est son audience ?

Supposons qu’il SOIT possible de dépasser le stade de l’inceste entre poètes seuls, et qu’il existe de fait DES lecteurs, en dehors du cercle : QUI sont-ils ?

Il est une façon d’aborder le sujet qui consiste à dire que plus on fait fond sur les préoccupations formelles concernant notre art (le “faire du neuf” de tel maître), plus on a de chances de se situer hors d’atteinte d’un large public, autre que celui que génère la cooptation dans le cercle des mécanismes exégétiques de l’acanémie universitaire.

Plus on se tourne vers les préoccupations de contenu, et qu’on tente de hausser sa voix au niveau des nécessités les plus criantes de la culture, des mythes les plus éclatants, plus on se met à la merci des gens qui sont hors du cercle.

Mais sont-ils là, dehors ?  


[…] Les poètes-du-peuple-des-gens sont tout aussi dépendants
du pobiz, du Pouétic-Bizness — Éditeurs, Médias, Acanémie universitaire —
que les autres […]
Le pobiz en général contraint les groupements de poètes à la surproduction et amène à une compétition de plus en plus grande dans un domaine qui ne peut prospérer que par coopération.
 […] S’il doit y avoir une poésie “démocratique”, il faut que ce soit une poésie du peuple des gens[…]lequel est composé d’une masse de consommateurs, chaque jour de plus en plus consumérisée.

Dire que l’on doit être non-élitiste et accessible au tout-un-chacun de la moyenne dans cette société, c’est dire que l’on doit être accessible à la consommation.

Dire que l’on n’est pas accessible, c’est, probablement, signer son propre arrêt de mort.

Même le régionalisme et le localisme, sont soumis à cette réalité, car c’est une identique couverture de consommation culturelle qui s’étend partout.  

Quand un(e) poète écrit tout d’abord, il ou elle n’écrit pas en fonction de l’idée qu’un jour il ou elle sera l’objet d’une explication de texte dans les universités, participera à des émissions de télé, et sera pieusement,empoussiéré(e)dans les caves de la BNF.  

Chacune des choses les plus sacrées de notre société est soumise à consumérisation et à recréationalisation.

Et toute plainte, toute critique de cette consumérisation est à son tour consumérisée.

Les arts sont consumérisés, en particulier les traditions populaires, qui sont à présent introduites dans nos métropoles à cadence accélérée, de sorte qu’elles disparaissent partout.

La nature est consumérisée : dans les parcs dits naturels, sur les circuits touristiques, aux confins les plus éloignés de la planète. L’espèce humaine elle-même est consumérisée : les circuits touristiques naturels se mettent à devenir des circuits culturels également : allez donc voir ce qu’il advient des chasseurs de têtes de Nouvelle-Guinée ou de l’échange des femmes chez les Eskimos.  


Art d’import. Art d’export. Art d’aéroport.  


Et le poète lui aussi. Nous tous. Bip-bip : ici, espace culture. Bip-bip : et là, poésie affichée sur le flanc des autobus. Bip-bip : ici encore, stage d’écriture créative.   
Que faire alors ? Fonder un Ordre du Silence ? »  

 

Extrait du prière d’insérer de Sur les fleuves de la forêt, traduction par Auxeméry du poète américain Nathaniel Tarn. On peut lire en complément de la citation de Tarn donnée ci-dessous l’intégralité du prière d’insérer, proposé en document PDF téléchargeable. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article