Abysses baroque d'un réel flottant

Publié le par Claire Antoine

Capture d'écranCapture d'écran

Capture d'écran

Répondre à la fragilité de la vie par la métamorphose et le surnaturel.

Baroque où prédomine l'éphémère,  eau, nuages,  plumes, bulles, poisons fleurs, fleurs 

 

    Avec le bateau ivre de Rimbaud caviardé ( pardon !!!!) juste pour correspondre aux images

Et dès lors, je me suis baigné dans le Poème
De la Mer, infusé d’astres, et lactescent,
Dévorant les azurs verts ; où, flottaison blême
Et ravie, un noyé pensif parfois descend ;

Où, teignant tout à coup les bleuités, délires
Et rhythmes lents sous les rutilements du jour,

(...)J’ai vu le soleil bas, (...), Illuminant de longs figements violets

(...) J’ai rêvé la nuit verte aux neiges éblouies (...) Et l’éveil jaune et bleu des phosphores chanteurs !

(...) ces poissons chantants.(...) 
Montai[en]t vers moi [d]es fleurs d’ombre aux ventouses jaunes
(...) Et je voguais, (...) 
taché[e] de lunules électriques,
Planche folle, escorté[e] des hippocampes noirs,
J’ai vu (...) des îles
Dont les cieux délirants sont ouverts au vogueur : (...)

 

Publié dans Photos de portable

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article