Je marche 195

Publié le par Claire Antoine

Je marche 195

                                                                                        Je marche

 

«La poésie est affaire de souliers blessés », J-M Maulpoix

Tous les matins

Avant le lever du jour

Je parcours en silence

Des territoires

De mots.

En rôdeuse, à l’affût, 

Vampire  de lignes d’écriture.

Je flaire à l’instinct

Toutes ces phrases rectilignes  

Que je survole

Passant de l’une à l’autre

Je circule

Sur un coup de sens

Hasardeux

Je cherche

Des croisements

Qui m’éclaboussent

Me rafraîchissent et qui m’apaisent.

Et je descends

Brusquement

Vers celles

dont les échos

Me parviennent

Elles parlent à mon oreille

En rougissant

M’imprègnent.

 

La merveille est là !

 

Je l’enserre et je l’emporte sur mon fragile établi

 Là où j’expérimente,

A l’aveugle,  

Des bifurcations

Des chemins de traverse

Accidentés.

De retours au « point de départ » pour réduire les fausses pistes

Des essais pour se perdre où elles pourront devenir partances  

Désirs d’envol

Qui me transporteraient

Vers des destinations incertaines

Sur des pistes

Qui se renient sitôt empruntées

Qui arrivent rarement à la rime

Et qui doivent repartir.

Mais l’esquisse

Devenue empreinte

Reste collée au texte

L’ébauche

Participe à l’amorce

De ce moment ténu

A la poursuite

Passionnée

De la transe

Qui pulse et se perd

Quand le  texte devient danse et sons...

 

 

 

Publié dans Poème

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article