182 ''Je suis une mélancolique''

Publié le par Claire Antoine

 182 ''Je suis une mélancolique''

Ce pseudo-poème qui appartient à mon dernier recueil autoédité " Et j’aperçois soudain l’ombre…" . Il a été dit pour la première fois chez Dom Corrieras, le 30 novembre 2018.

La mélancolique

                                                                
Merci à Gérard de Nerval, Victor Hugo, Platon et aux (...) Beaux Jours de Samuel Beckett

"Je suis une mélancolique  

Cloîtrée dans ses incertitudes

qui ressasse

Inhibée, négative..."  
 
Feu !!

Contre elle-même

Disaccordée  

Distortionnée

Ravinée

Rabougrie… 
 
"Absence de consistance de l’image spéculaire" Diront alors les experts des comportements animaux

Dans l'attente -   Tête baissée Mains croisées Derrière le dos Courbé... - De la catastrophe imminente 
 

"Pour échapper à ton Destin Lui diront-ils-aussi  

   - Ne sois pas trop lucide

 - Retiens-toi de vouloir Vider la mer avec ta pelle et ton seau.

- Tout ne se vaut pas.

- Trouve l’intérêt des choses.

- Transporte ici ton ailleurs rêvé.

- Ton désir d’absolu, Dans les choses, Ici,  Parmi nous Ici Bas

- Et là, bats-toi.

- Ne bascule pas.

- Ne tombe pas de la barque Plus bas encore D'où tu ne reviendrais pas".   
 
Mais  le réel se fendille  Se tortille et vacille Et ça se répète : C’est pareil que...,  C’est comme quand...,  C'est comme si... 
 
Oh ! C'est encore raté !

« Tu es nostalgique  Reprendront-ils, dans leur infinie sagesse, Du retour de ta douleur,  De l’amour parfait Qui t'ouvrirait à la puissance,  Conjurerait la mort » 
 
Tu penses trop ...
 Tu te ravages Tu te détruis Par conscience et raison réunies ... Se disait-elle en se tapotant les joues Pour y faire revenir un peu du sang Parti au centre de son corps  Qui bat Qui bat  Qui bat Trop fort  ... 
 
                                                    C'est alors qu'en suffoquant elle se dit aussi tout ça :

 « Je pars Mais avant, je te regarde Tu es mon semblable Je suis toi Je te dévore voracement La voilà mon image  Reflétée, ce soir, par le miroir D’une image d’un moi Qui me regarde et qui ne me reconnait pas  Et que je ne peux toucher Corriger, reu mo deu ler : Tu me fascines !"  
 
Désir qui dépasse l’objet pour tendre vers  L’inaccessible, le rien, « ce qu’il y a derrière ».  Point de fugue du lieu du miroir,  De l’objet inatteignable 

De l’impuissance de l’ad-miré Ad-limité de l’objet d’amour  captivé.

Nos-talgie d’amour.  
 
Je souffre d‘être moi  Impuissante sous mon regard Qui me juge  Avec mes mots d’ailleurs Mes mots de Moi-Toi Qui me laissent

Dans un temps  Suspendue Figée  

Dans un temps pur-reflet

D’une origine sans lieu  

Et d’un temps sans fin Où tout est fini, Avant d’avoir commencé.  Où tout est joué. Je le sais. Où les dés sont jetés.

Et retombent, Je le sais,  A la même place toujours. 
 
La parole est traitresse (ça aussi, elle le sait aussi)  
 
Elle dit aussi : "Sois raisonnable Vois dans la lumière De la glace Ta raison vaciller  Dans la bile noire de ton esprit clairvoyant…" 
 
Ombres qui se dessinent Sur le mur du musée où elle est retenue prisonnière...   
 
Je ne veux pas mourir Pas tout de suite Enfin, je ne peux pas mourir J’ai encore tant de choses à faire A voir A lire A écrire Je ne rajoute pas à dessiner Peindre Photographier Coudre Imaginer,  

Résoudre des équations    Parce ça j’ai oublié

Courir, nager et tout ça : Le physique et tout ça

Parce que ça, tout ça  Même avec de l’aide   Et indépendamment d’une, comme on dit, « grosse image primitive »  Qui résiste dans mon corps.  Parce que ça, C’est réel !  : Je ne peux pasaaaaaaaaaaaa : Papa !!! Ah ! Bon ! c'était toi derrière la porte. Tu la fermes, s'te plaît. 
 
Pour échapper à l’image qui m’appelle et  Qui me menotte Qui ne veut pas se soumettre S’écraser Se collisionner Se poussiériser.  
 
               Parce que J’ai envie, pour ma vie, d’une carte de séjour,  au goût de marshmallow… 
 
                              Sur le banc de l’arrêt de bus désert J’attends encore le feu vert… 
 
      Mais « ne te repelotonne pas » … « El Desdichado… » Beau « ténébreux à la tour abolie… » 

                                                  « Je pourrais avoir besoin de toi »... 

                                                                                                                               Claire

                                                                    
 

Publié dans pseudo - poème

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article