Garder un espace ou le réel enrobé 184

Publié le par Claire Antoine

  Garder un espace ou le réel enrobé 184
  Garder un espace ou le réel enrobé 184

                                                           

                                                    Acte manqué

 

                                         Se tromper – basculer - 

Tu envoies un sms ironique à propos de quelqu'un

En fait tu te trompes

Tu l'envoies à la personne concernée, 

celle qui t'énerve

Tu le fais partir au moment précis où tu te rends compte de ton erreur

que tu ne devrais pas.

Comme si en un dixième de secondes

Tu t'étais dit tant pis.

Comme si le passé et le futur s'étaient mélangés

Et tu as eu la vague impression que tu aurais pu, si tu avais été moins vite,

si tu avais réfléchi,

ne pas le faire,

mais qu’en fait, ta main savait et que c’est comme si tu t’étais torpillée exprès.

 

                                                  Acte manqué

 

Tu tiens à un DRH des propos qui ironisent sur le système dont tu lui demandes de t’ouvrir les portes…

Tu comprends en le disant que tu ne devrais pas, que c’est irréversible, mais ce jour-là, tu le fais.

 

                             Acte manqué pour manquer sa cible

 

Si tu as mal aux dents, coupe-toi en épluchant des légumes.

Tu auras moins mal aux dents quand tu feras couler des litres d’eau sur ton doigt sanguinolent, je te le jure !  (Non. Ne jure pas... C’est pas bien.)

Si c’est dans ta tête que tu as mal, et que tous ces trucs qui ont du mal à passer, que ta mémoire n’a pas voulu trier,

qu’elle a juste mis dans un placard, parce qu’elle ne savait pas quoi en faire ;

que le placard s’est transformé en tombeau

qui les ont coupés de toi, les trucs qui ont du mal à passer, par une plaque de marbre

ou même que tu as voulu les brûler

et qu’ils voudraient te dire qu’ils ne pouvaient pas trépasser parce que tu ne les avais pas regardés en face ;

que tu devrais t’en occuper pour qu’ils puissent te laisser tranquille. 

Si c’est dans ta tête et ton cœur que tu as mal, tu peux aussi te soigner par les mots. 

Tu peux devenir chirurgien des mots.

Chirurgien de toi-même

Te soigner par la main qui tient le crayon, sûre et précise ou qui tape tape  tiptiptiptip tiiiiiiiiiiiiiiiiiiip tip tip tip tiptiptiptiptiptiiiiiiiiiiiiiiiiiip   

          

                            Par désarticulation, permutation,transformation

 

Je le veux.

Devenez. Arrivez et devenez

Toi ma main un scalpel,

Toi ma feuille, mon corps

Ecran, mon esprit,

et mes mots… des notes.

(sur la gamme do/ré/mi/fa/sol) tape tape tape tape tape, 

tiptiptiptip tiiiiiiiiiiiiiiiiiiip tip tip tip tip

tiptiptiptiptiiiiiiiiiiiiiiiiiip

 

Me voir dans le miroir d’un corps-texte,

Pour que jamais je ne puisse me dire que ça ne vaut pas la peine

Pour me donner ma chance

Fantasmer sur moi

Me voir avec le regard toujours étonné que je porte sur les autres

Etonné de leur volonté, de leur force, de leur beauté

Et qui me renvoie toujours toujours ah ! à mes incertitudes, mes limites…

Je le veux, maintenant, me voir comme ça. Autre. D’autres lunettes, d’autres yeux

Alors je joue avec mes mots je me soigne avec mes mots

 

                                  Par paronomase et prosonomase

 

Ça va passer, ça passera, ça passe, ça passe

Cha passe …

Cha pache …

Ta pache …

Ta pat ta pat ta pat tapat ta papatte donne la papatte …

Et patati et patata et patati et patata  …

( sur Nuit de Folie) Et tape et tape, dans tes mains, ce refrain qui te plaît…

 

Abracadabra

Abracadabrantesque enchanteresse sensation de la multiplication.

Ivresse de la répétition du pas tout à fait même, désarticulé qui se déplace,

Revient ailleurs, en écho de de de et de clic et de clac et de bric et de brac,

Pour écarter le tic et le tac,

(sur "Les vieux" de Jacques Brel) De la pendule d'argent qui ronronne au salon,

Qui dit oui qui dit non

et qui dit

"je t’attends"...

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article