Lien : un article intéressant de Gabriel Brunet sur Sainte Beuve, ce " condamné aux travaux forcés de la littérature "

Publié le par Claire Antoine

Sainte Beuve par Denys Puech ( à rencontrer au Jardin du Luxembourg, en direction de la rue d'Assas)

Sainte Beuve par Denys Puech ( à rencontrer au Jardin du Luxembourg, en direction de la rue d'Assas)

Une idée de la voix de Gabriel Brunet :  courts extraits choisis pour le plaisir, tout est sur "ce ton-là"...C'est génial !

"À côté de tous ces écrivains romantiques, avides de jeter à l'immortalité les moindres parcelles de leur moi, un dieu moqueur  a pris soin de placer ( Sainte Beuve) un des meilleurs et plus méchants accoucheurs d'âmes, je dirais même une sorte de confesseur satanique, et cela nous incite à penser que l'humour et l'esprit ne sont pas absents de la création..." 

                                              "Sainte Beuve écrit

Mon seul plaisir est dans mon travail quand je m'y suis enfoncé tête baissée comme on s'enfonce dans un puits. Ah! mon dieu, comme cette littérature du XIXe siècle est souvent marquée d'un pli de fatigue et d'un pli de souffrance !

Et comme je crains que nos sociétés modernes n'aient à souffrir un jour ou l'autre de rendre pratiquement impossible l'idéal médiocre des âmes méditatives: un travail modéré et quelques loisirs pour le rêve, la pensée et la joie d'écouter son âme.

Il faut ou périr ou se laisser prendre par ce tourbillon insensé qui vous impose une vie d'implacable travail, coupée çà et là (...)"


 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article