''Ville-champignon'' de Blaise Cendrars

Publié le par Claire Antoine

                                          Thème : la place de l'homme dans les villes

J'ai retrouvé ce poème de Blaise Cendrars qui me plaisait déjà beaucoup il y a plus de 20 ans. J'étais sensible à son ironie tragique.

Absence de vie et d'humanité pour cette ville créée de toute pièce sans nécessité autre que celle du profit de quelques "financiers yankees".

Les hommes arriveront hors poème, après.

Ils n'existent ni dans les mots, ni sur la pellicule et peut-être devront-ils repartir comme ils étaient venus. La boucle sera alors bouclée : il ne restera plus que des murs, lézardés, de la poussière comme souvenirs, traces...

Un exemple d'anticipation désastreuse pour des spéculateurs, aux yeux plus gros que le ventre : Valdeluz, en Espagne, à environ 70 kilomètres de Madrid. En 2011, elle comptait 1200 habitants sur les 35 000 prévus.

    Ces villes fantômes n'existent pas uniquement pour des raisons économiques,  ( cf lien).  Car les villes peuvent aussi se vider de leurs habitants suite à des désastres climatiques ou à des guerres.

Il y a aussi des (cf  à Montpellier) des gares-fantômes, au milieu de la campagne; des stations de métro fantômes à Paris, réalisées sur des embranchements, mais n'ont jamais accueilli le moindre voyageur étant dépourvues d'accès extérieurs cf Porte Molitor/Murat et Haxo; des hôpitaux-fantômes un peu partout dans le monde...( Ici je vous renvoie au mouvement Urbex) 

Ville-champignon ** on peut aussi penser à des quartiers-champignons (comme celui - qui, en cours de construction, à Metz, a déjà un nom - un joli nom, très inspiré...Muse) 

Vers la fin de l’année 1911 un groupe de financiers yankees décide la fondation d’une ville en plein Far-West au pied des Montagnes Rocheuses
Un mois ne s’est pas écoulé que la nouvelle cité encore sans aucune maison est déjà reliée par trois lignes
au réseau ferré de l’Union
Les travailleurs accourent de toutes parts
Dès le deuxième mois trois églises sont édifiées et
cinq théâtres en pleine exploitation
Autour d’une place où subsistent quelques beaux
arbres une forêt de poutres métalliques bruit nuit et jour de la cadence des marteaux
Treuils
Halètements des machines
Les carcasses d’acier des maisons de trente étages commencent à s’aligner
Des parois de briques souvent de simples plaques d’aluminium bouchent les interstices de la charpente de fer
On coule en quelques heures des édifices en béton armé selon le procédé Édison
Par une sorte de superstition on ne sait comment baptiser
la ville et un concours est ouvert avec une tombola
et des prix par le plus grand journal de la ville qui
cherche également un nom

Instantané, collage, extrait de Far-West, in Kodac, devenu Documentaires. in Du Monde Entier, Poésies complètes 1912-1924.

 

Commenter cet article