Amour contrarié [176]

Publié par Claire Antoine

Amour contrarié [176]

                                  " Le long le long le long des golfes pas très clairs"

 

Le long des jours qui se replient

s'incurvent sur eux-mêmes en boucles

sourdes qui ne résonnent qu'au dedans

qui ne voient pas le jour autrement

qu'à travers des soupiraux de rez de jardin

des matins blêmes de janvier ou de novembre

 

j'sais plus

Alors quand j'entends

des poèmes  

sur les mères 

les mamans les mamans bien chéries

je suis toujours intriguée

étonnée 

 

Je ne me vois pas

du tout pas

vraivraiment pas...

Mais c'est quoi vrai, c'est vrai quoi kwakwakwa...

vraiment pas dire des choses

dire des belles choses comme ça

alors je me  questionne

je me passe à la question

très embarrassée

p'têt que j'aime pas ma mère 

pas comme ça en tous cas

pas avec cette simplicité-là

cette tendresse-là, cet amour-là

tonique, limpide, émouvant, joyeux

 

Je ne ressens rien,

je crois

pas comme ça en tous cas

pas avec cette simplicité-là

cette tendresse-là, cet amour-là

tonique, limpide, émouvant, joyeux

 

Peut-être que je ne vois pas

Que pas voir

C'est pas savoir

Pas comprendre

Tout au long tout au long de ma route

 

Enfermée dans ma nuit

sans lanternes sans bougies

Sans rien qui bouge en moi

figée

 

Alors, je prends, tant pis, le risque 

pour trouver une sortie, une porte

un mouvement qui me libère

du doute

l' espoir de tirer une larme

de mes yeux  secs et fripés

dont les reflets me feraient miroiter les flammèches  

une sortie de route 

Et je me crasherais foudroyée en crépitant

en touchant l'horizon affolé...

 

Mais je ne sais pas ce que je te demande,

ce que j'attends de toi

que tu ne peux pas me donner

que je me trompe de combat

que t'es pas une déesse

T'es pas Gaïa, t'es pas Déméter

j'suis pas Antigone,

J'suis pas non plus Electre

...

Ma petite maman

Finalement

P't'êt bien qu'à partir d'aujourd'hui

 je veux pouvoir  

accepter de me dire que je t'aim

 

Mais ça

 

tu ne le sauras

pas

   pas encore...

 

 

 

 

Publié dans poème plutôt slam