Le petit dernier ''Là où je m'étais arrêtée...'', toujours en auto-édition

Publié le par Claire Antoine

Le bonheur du poète  vient d'un travail sur la langue, quand acceptant de se plier aux exigences des règles du genre, mille fois au cours des siècles transgressées, cette langue se charge de toutes les émotions, venues de la relation au  réel du monde,  juste pour empêcher de s'y fracasser. Travail qui, comme le dit Yves Bonnefoy passe par un consentement " au silence au sein même de la parole". Claire Antoine reste dans la veine  de "Vagabondage" et risque la mise à distance de soi pour peut-être savoir se voir et pouvoir se dire qu'elle "est".

Le bonheur du poète vient d'un travail sur la langue, quand acceptant de se plier aux exigences des règles du genre, mille fois au cours des siècles transgressées, cette langue se charge de toutes les émotions, venues de la relation au réel du monde, juste pour empêcher de s'y fracasser. Travail qui, comme le dit Yves Bonnefoy passe par un consentement " au silence au sein même de la parole". Claire Antoine reste dans la veine de "Vagabondage" et risque la mise à distance de soi pour peut-être savoir se voir et pouvoir se dire qu'elle "est".

Le petit dernier ''Là où je m'étais arrêtée...'', toujours en auto-édition

Publié dans Poésie

Commenter cet article