Relais - Maison de Verlaine - lecture à voix nue de poèmes extraits de Le mal des fantômes de Benjamin Fondane, le 5 mars, de 18 h - 19 h 30.

Publié le par Claire Antoine

                                   5 mars, 18h00 à 19h30 
 
                                                                Lecture 
                                    par 
                               Massimo Riggi 
     
      Le mal des fantômes  de Benjamin Fondane.
autres liens : le premier avec un pdf (donc impossible à éditer )www.benjaminfondane.org/.../Benjamin-Fondane-et-le-mal-des-fantmes-
dont je vous copie/colle les premières lignes :
"Pour comprendre Fondane, il faut tout d’abord se pencher sur le titre énigmatique que le poète, prisonnier au camp de Drancy, donna en 1944 à l’ensemble de ses écrits poétiques : Le Mal des fantômes. De quel mal s’agit-il sinon de la souffrance inhérente à la perte d’une réalité ultime, celle de l’existant, et au-delà peut-être, de son rapport à un Dieu perdu occulté par le rationalisme ?..."
et le deuxième avec un article  médiapart ( le lien est visible)
https://blogs.mediapart.fr/patrice-beray/blog/130308/fondane-poete-au-mal-des-fantomes
 dont je vous copie/colle égalemnt les premières lignes Il est des œuvres, des voix, qui ont un pouvoir d'effraction sur nous. Comme si, à la façon de l'illustre Fantomas, un impérieux désir nous mettait soudain en demeure de commettre le «forfait de vivre». C'est exactement cela que l'on peut ressentir quand on lit Benjamin Fondane, le poète du Mal des fantômes. Parce que la vie n'est pas une fiction dans cet art, on s'y sent puissamment interpellé. Ultime hallucination perceptive peut-être, comme des marins perdus s'écrient «Terre !» Hallucination ou pas, il est toujours bon d'aller y voir, n'est-ce pas...

 

Publié dans Maison de Verlaine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article