Lien - Hybridité linguistique dans le texte littéraire -

Publié le par Claire Antoine

Argument copié/collé : 

Anysia Troin-Guis : Le montage au XXe siècle : pratique et éthique de l’hétérogène.

Penser l’hybridité en littérature et a fortiori en poésie peut se faire à partir d’une pratique qui régit l’art du XXe siècle et qui en serait même le principe, si l’on en croit Adorno : le montage.

Dévoilant la charpente de l’œuvre, refusant de cacher les traces de la création, le montage engendre un nouveau mode de représentation, brisant la traditionnelle mimésis et hybridant mots et images, fictions et fragments de réalité.

L’hétérogénéité conséquente de l’œuvre montée donne alors à interroger une poétique du fragment qui s’achoppe à une posture éthique. En effet, le caractère hybride des productions dadaïstes, des collages surréalistes et des expérimentations postérieures à la Seconde Guerre mondiale, et notamment le cut-up, ne cesse de remettre en cause un rationalisme en plein échec. De plus, en tant que forme refusant toute pureté, dans le choix d’un support ou l’usage des matériaux, le montage témoigne d’un décalage par rapport à des « idéaux de pureté, de propreté » dans lesquels résideraient des « traces de l’ordre répressifs » (Adorno, 1984, 11).

La pratique expérimentale interroge donc l’hybridité stylistique et visuelle mais aussi l’hybridation des formes selon des enjeux fondamentaux pour capter l’esthétique du XXe siècle et ses interactions avec l’histoire.

Commenter cet article