Lien avec un article du sociologue Thierry Bardini, sur le concept de - junk -

Publié le par Claire Antoine

Dans la série
      "Petits bonheurs paradoxaux du matin sur sujet potentiellement angoissant"
 
Je viens de découvrir T. BARDINI  en cherchant ce que pouvait signifier l'expression : "le langage comme virus". (Entre parenthèses, il  manie la langue avec dextérité et humour, je dirais que c'est un écrivain-poète,  comme je les aime, propre à inoculer le virus). En lisant l'article que je cite en lien, "je suis restée en extase", enfin, j'ai quand même pris des notes ...devant le concept de "Junk", que je ne connaissais pas, mais qui m'intéresse. Concept  axiologique du côté du dévalorisant, du négatif, du "dé-chu" de haut en bas ... : camelote; déchets; ferraille; came; décombres; vieilleries; dépotoir; détritus; rebut...c'est-à-dire : ce dont on ne veut plus/pas ou les restes, ce qu'on abandonne...après l'avoir sélectionné utilisé avec ferveur et puis ... « Junk » est une sorte de préfixe, accolé à d'autres termes auxquels il ajoute ce petit côté répulsif et sale concernt "les médiocres" junk culture/food/bond, "les indésirables" junk mail/spam, jusqu'aux, - maintenant on le sait -, ..."inutiles" junk DNA ( ce qu'on ne pourra pas recycler, assimiler dans le génome humain et qui représente plus de 95% de l'ensemble...Je demande comment voulez-vous que ça marche dans ces conditions-là ??? En fait l'humain c'est pas cybernétiquement - enfin jusqu'à présent - recyclable dans des proportions acceptables. Il faut qu'il y en ait beaucoup pour que ça puisse être "rentable"  ...Zut ! La fin de cet "l'humain" n'est peut-être pas pour tout de suite, finalement) et les junkspaces, porteurs de confusion, puisque, comme l'ajoute T. Bardini, "Le junk c'est l'ouvert, l'ineffable, le toujours potentiel : un nom possible pour ce qui n'en a pas." 

L'auteur cite en conclusion de l'article intitulé "Sur les décombres de l'espace public" 
 un couplet de cette chanson.
J'en ai cherché, puisque je ne fais pas confiance à "mon anglais", et trouvé une traduction sur le site suivant http://lyricstranslate.com/fr/happiness-slavery-le-bonheur-dans-lesclavage.html
 

I don't know what i am i don't know where i've been
Human junk just words and so much skin
Stick my hands thru the cage of this endless routine
Just some flesh caught in this big broken machine ​

Je ne sais pas qui je suis, je ne sais pas où j'ai été
Détritus humain, seulement des mots et tellement de peau
Je passe mes mains à travers les barreaux de cette routine sans fin
Seulement de la chair prisonnière dans cette grande machine brisée

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article