Citation de Ptolémée, traduit par Marguerite Yourcenar ... L'homme, enfant de la terre

Publié le par Claire Antoine

Le pensif (Carant)

Le pensif (Carant)

Claude Ptolémée, deuxième siècle après JC, vécut à Alexandrie,

La citation qui suit est traduite par Marguerite Yourcenar, La Couronne et la lyre


« Moi qui passe et qui meurs, je vous contemple étoiles !
La terre n’étreint plus l’enfant qu’elle a porté.
Debout tout près des dieux, dans la nuit aux cent voiles,
Je m’associe, infime, à cette immensité;
Je goûte, en vous voyant, ma part d’éternité. »

 

Sa vision repose sur une expérience commune à l’homme et à un élément de l’univers ou de la nature. Quelque chose de l'éternité lui entre par les yeux, dans 

 Microcosme et macrocosme, notions débordées aujourd'hui où les deux sont en quelque sorte réunis, inclus, l'un dans l'autre : un seul "organisme interconnecté".

 

150 - Contempler

 

Voir avec mes yeux 

pour me libérer de mes ombres, 

l'annonciation de Fra angelico

l'observer avec mon esprit,  

entendre les Dérives de Boulez 

et  laisser venir, aimer,

contempler, avec mon âme, 

méditer

goûter le présent  sans intention...

Ouverte au tout des possibles

Prier, adorer ...

C A-L

 

Publié dans poème

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article