Metz Les Récollets - Novembre 2015 L'âme de la nature de Paul Couturiau et Jean-Marie Pelt, avec Les amis du Monde Diplomatique; Compte rendu rapide de la présentation.

Publié le par Claire Antoine

 Avec Christopher Pollmann, une trentaine d'Amis du Monde diplomatique de Metz et la Librairie de l'Ecole Professionnelle, 
                      aux Récollets, « L’âme de la nature » 

          Pour un portrait de Jean-Marie Pelt, écrit par Paul Couturiau.

Jean-Marie Pelt n'avait pas pu hélas, ce jour-là, être  parmi nous et depuis nous avons appris la triste nouvelle de sa disparition.  

 Avec une lectrice privilégiée, moi, qui avais été sollicitée par Gül Ilbay pour présenter le livre et leurs auteurs ( L'article reprend à la fois quelques uns des propos échangés mais également un petit résumé du travail que j'ai effectué en amont : ma préparation et mes impressions de lecture)           

Paul Couturiau a exposé ce qu’il évoque dans la postface, à savoir la genèse de ce « document » dont la couverture présente un ordre des choses renversé tête à l’envers: la terre est au ciel et sur le fond bleu les taches rouges des coquelicots
 - les fleurs fragiles, des terrains fraîchement remués; les champs d'antan, quand arrivait l'époque de la moisson... Souvent absents des champs de céréales "modernes", on en trouve sur les bords des chemins ou dans les terrains vagues -
 
cf. "Catastrophe !" (καταστροφή, bouleversement et dénouement,  de  στροφή strophê,  "tournant" ou "retournement" et de  κατά, katá, "vers le bas" déchéance, ou résorption.) Donc, fracture, cassure, brisure  de  quelque chose d'organisé, approuvé, ressenti comme normal, juste, à faire et à penser 
 
                                   Renversement par  le jardin ?
                      "l’âme de la nature" : deux termes antithétiques ?
 
Paul Couturiau est né à Bruxelles. Il vit actuellement dans la région messine. On le connaît surtout comme romancier. 
Egalement traducteur notamment de The rebirth of Nature (1991, traduit L'âme de la nature) de Rupert Sheldrake, un  scientifique anglais spécialiste de biochimie et de biologie cellulaire, qui cherche à comprendre comment une conception mécaniste de l'univers, qui en son temps a affronté le dogmatisme et a été source de progès, a fini par se scléroser et considérer la nature comme une entité inerte.
 
Cest à la fin, dans la postface que le lecteur prend connaissance de ce qui a présidé à l’écriture du livre document, paru chez Genèse éd.
 
             Comment est né ce livre? Comment les choses se sont-elles mises en place ?
 
Il y a une 30 aine d’années, alors que vous êtes conseiller littéraire, responsable du domaine étranger aux Editions Rocher, vous avez l’occasion de traduire  l ’œuvre  de    Stanislas   Grof pionnier de la psychologie transpersonnelle,  un nouveau courant de pensée qui conteste la notion courante de réalité et vous avez l’idée de créer la collection 
                          «Lesprit et la matière», entre science et conscience
"qui ( je cite la quatrième de couverture) réunirait des textes de penseurs en rupture avec la physique classique qui sous l’influence de la physique quantiqueun ensemble de théories physiques nées au xxe siècle qui, comme la théorie de la relativité, qui décrivent le comportement des atomes et des particules et remettent en cause la vision habituelle du réel. Le lien vivant entre lhomme et la nature." 
 
               
 
Vous choisissez vos auteurs dans des disciplines très diverses
Et en 2013, vous faîtes connaissance avec Jean-Marie PELT à l'occasion d'un docufiction sur Robert Schumann. Vous découvrez que JMP l’initiateur du 1er Institut d’écologie était un proche de Robert Schumann, au sein du parti Mouvement Républicain populaire 
Vous l’interviewez et vous tombez "sous le charme du prodigieux conteur défenseur passionné de l’environnement, de son humanisme de son humour de sa bienveillance". 
Vous ne lâchez pas et vous lui proposez de traduire votre admiration pour son œuvre et pour son engagement, au moyen d’un documentaire
Et JMP accepte,  vous le précisez,  «avec beaucoup d’humilité». Vous embarquez avec vous le réalisateur Pierre Basso et les membres de l’équipe du tournage du documentaire sur Robert Schumann 
Il vous faut des témoignages des gens qui ont des choses à dire su lui …et il n’en manquera pas... Vous avez réussi à mettre en boîte 24 h d’entretiens …pour un documentaire de 52 mn qui paraîtra en 2016 
Ce livre est le produit de vos entretiens avec JMP, Trinh Xuan Thuan, Pierre Rabhi, Denis Cheissous … qui sera prolongé en 2016 par le documentaire 
 
                        Quelques mots sur la construction du livre
 
Préface de Pierre Rhabi
6 chapitres dont les titres contiennent tous le mot "jardin", qui est devenu fil conducteur. Chacun des chapitres est formé de 3 parties.
Chaque partie, chaque chapitre  chapeautés par des citations, d'auteurs très divers Voltaire, Camus, Shakespeare, Nicolas Hulot, 25/26 exergues. La troisième partie se présente comme une fiche pratique.  
Postface de Paul couturiau
 
                         Une mise en forme allant de la théorie à la pratique                                                              
                                                 Le talent de l'auteur
Echos,  rythmes, recherche d'unité et de correspondances. 
Deux chapitres  que j'ai beaucoup aimés
*La balade avec Pierre Rabhi est une sorte de dialogue philosophique du XVIIIe. *Le chapitre avec Trinh Xuan Thuan est  conçu comme une danse. JM Pelt le botaniste chrétien et l’astrophysicien  bouddhiste se séparent, se croisent. J’ai eu l’impression d’une rencontre entre le fond et la forme... chocs de lumière, ondes électromagnétiques: un très joli chapitre dans les étoiles
 
               Le titre l’âme de la nature ? une opposition, deux termes antithétiques ?
 Le livre document  fait, en quelque sorte le portrait en action de ce botaniste, philosophe et poète, père de l'écologie urbaine, éveilleur de consciences, qu'est JM Pelt,  un grand monsieur, un scientifique humaniste et chrétien, mondialement connu, un chercheur, créateur de l’Institut d’écologie, mais aussi homme politique ( Maire adjoint de Metz) qui a contribué à faire de Metz une belle ville, ville jardin, ville verte.
 Le livre offre des  pistes de réflexion  sur les interrogations terrifiantes et passionnantes du monde d’aujourd’hui concernant le devenir humain. 
 
JM Pelt il apparaît comme  un  expert scientifique quelqu'un de la sphère légitime, donc. Un  agrégé de pharmacie qui se révolte qui parle, raconte...Non seulement il a comme amis d'autres scientifiques, mais il élargit son cercle à tous il écrit des livres très nombreux, il voyage  fait des conférences partout dans le monde, il participe à des émissions de radio, de télévision...pour dire la violence du monde et la responsabilité que chacun a à assumer par rapport à ça  et il passe en revue les solutions comme  la COP 21 et ses enjeux, mais aussi,  de façon pragmatique, concrète le jardin, à cultiver dès l'enfance, dans le quotidien pour lutter contre la terreur, mais aussi, en homme de foi et d'espérance,  la spiritualité.
Les mots clés :  action; coopérationbio-diversité; écosystèmes, économe en énergie; renouvelable; respect des êtres vivants et de leurs relations réciproques; transformation de la société subordonnée au changement humain; Pierre Rabhi : éveil et insurrection des  consciences; espérance; Trinh Xuan Thuan; unité de la nature et de l'homme
 
Mais je dois avouer que les moments que j’ai aimé surtout, ce sont tous ceux que j’ai ressentis comme émouvants, à la fois anecdotiques et significatifs qui créent les étapes d’une vie,  dans le désordre : JMPelt qui à 11 ans, au sortir de l’école distillait des quetsches et des mirabelles pour aller les vendre sur les marchés pour gagner de l’argent pour aider ses parents ; Le petit JMPelt et son grand-père dans leur jardin, à Rodemack ; JMPelt qui allait 1 fois par semaine manger avec Robert Schumann, l’invariable menu omelette et tarte à la mirabelle ;  celui qui n’a pas été très heureux dans le système scolaire, revenu en Moselle après la guerre étant francophone, préscolaire et doué  ; l'allusion aux  naturalistes « qui s’aiment bien », contrairement à ce qui se passe dans d’autres secteurs de la recherche ; et aussi de celui qui à la Fac, - un grand ponte, pourtant - n’aimait pas mettre de mauvaises notes…et auxquels ses collègues en voulaient…il en a bien d’autres sa dernière rencontre avec Albert Jacquard, le généticien et militant de gauche affaibli quand il lui dit : « Albert, tu sais tu iras au ciel ! »  
                          Avec  JM Pelt, au cœur des problématiques    
Le personnage principal   celui à partir duquel vont se justifier  toutes les rencontres, toutes les réflexions.      
Un livre qui sort au moment de la Cop 21 qui va mettre l’écologie en lumière. 
La catastrophe semble inévitable …On commence à imaginer/concevoir et peut-être même accepter… l’anéantissement programmé de l’espèce humaine. Le progrès a pris le contrôle de l’homme orgueilleux le conduisant à la surpuissance et à l’autodestruction. Il a une attente, l’attente d’une nouvelle manière de vivre où se vivrait une coopération entre les hommes sur le modèle de la coopération végétale, exemple : la carotte et l'oignon ( pages 86 et 156)
 
                                       Des choix                                                    
La révolte des scientifiques. JMP est un scientifique. Il est dans l'espace légitime, il détient la parcelle d'autorité de ceux auxquels on est habitué de par l’éducation, le système scolaire à confier nos vies ; ceux pour lesquels nous abdiquons tout jugement ...  
Ceux-là peuvent - puisqu’il n’y a pas d’autre réalité que celle du temps court, de l’accélération événementielle catastrophique -  enrayer cette catastrophe, par leur discernement, leur conscience et nous sauver  de l’eschatologie.   
Il se révolte avec des livres, des conférences, des actions politiques d’aménagement; il se dépense sans compter pour que les hommes prennent conscience des responsabilités qui sont les leurs                                                
Le jardin : une solution à la fois pratique et symbolique qui crée un centre, une intimité, un cœur qui bat, à partir duquel  on peut sereinement agir, penser, apprendre… Comme le dit Michel Foucault « Le  jardin, c’est la plus petite parcelle du monde et puis c’est la totalité du monde. Le jardin, c’est, depuis le fond de l’Antiquité, une sorte d’hétérotopie heureuse et universalisante qui a  le pouvoir de juxtaposer en un seul lieu réel plusieurs espaces, plusieurs emplacements qui sont en eux-mêmes incompatibles et contradictoires. » Vivre ensemble, agir ensemble, dans la coopération, la terre et les hommes et qui de par sa surface étroite permet l’élévation de l’âme. « Ce qui est clos élève l’esprit ». 
Gilles Clément, paysagiste philosophe milite pour  le “jardin planétaire” qui consiste à envisager la diversité et le rôle gestionnaire de l’homme face à cette diversité. 
 
Remettre de la spiritualité dans nos vies. Se croire et se savoir importants  pour accepter une responsabilité face à demain. Penser qu’un demain est à construire ensemble 
 
                                  Quelques questions                       
La terre se porterait-elle mieux s’il n’y avait plus d’hommes sur terre ? 
Est-ce que Dieu c’est la nature ? 
Est-ce qu’il y a un sens à tout cela ? 
Et le nucléaire, là dedans ... ?
 
Un livre habité par la culture dans les deux sens du terme
         et qui donne envie de continuer à croire qu'une vie est encore possible  
 
                                                                              Claire Antoine                        
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article