Mémoire contre linéarité chronologique, cf lien Acta fabula, débat autour du livre de Pierre Bayard " Le Plagiat par anticipation"

Publié le par Claire Antoine

Double direction

Double direction

Et si on se contentait du mot " précurseur " au lieu de ce jeu de mots antithétique de "plagiaire, par anticipation" ? 
 
                      Ce que j'ai cru comprendre, sous toutes réserves...
 
Ce qui est en question c’est une conception de la mémoire et de la temporalité
Dire qu’un auteur est un précurseur est une notion qui tient surtout compte des thèmes traités dans une œuvre  et d’une chronologie idéologique. C’est dire qu’il a, dans la longue marche progressive vers un avenir « radieux »,  prévu, dit à l’avance des choses qui se passent maintenant. «  Orwell avait  raison ! Tout ce qu’il a décrit arrive bel et bien. »
 Le rôle de la mémoire, celle du lecteur et aussi celle de l’écrivain, s’en trouve dévalorisé ; car, en fait,  la mémoire n’est ni linéaire, ni orientée.
 
Les écrivains ont en mémoire des livres dont ils disposent comme s’ils les sortaient à loisir des rayons d’une bibliothèque et  avec ça,  avec ce matériau composite, ils échafaudent  des  enchaînements possibles et  logiques qui vont s’estomper au fur et à mesure des choix qu’il fera. Ils anticipent et plagient...
Plutôt « plagiaire » par anticipation que de « précurseur », car alors la mémoire prime sur la chronologie. Pierre Bayard invente ainsi une manière provocante de penser le rôle de la mémoire dans le rapport à la « littérature ».

Commenter cet article