Projet dix-neuviémiste d'enrichissement de la langue - A la recherche de mots nouveaux par l'ajout de prothèses privatives

Publié le par Claire Antoine

 Projet  dix-neuviémiste d'enrichissement de la langue -  A la recherche de mots nouveaux par l'ajout de prothèses privatives
                                                       
                                                        Le point sur la notion  
On appelle privatif tout monosyllabe qui, par sa jonction avec un mot, lui imprime un sens opposé. Les syllabes dé, dés, dis, im, in, etc. sont privatives, puisque les mots déloyal, déshonnête, disgracieux, immodeste, insensible, signifient celui qui manque ou qui est privé de loyauté, d’honnêteté, de grâce, de modestie, de sensibilité.
 
                                                                 Intérêt ?
Or ces métamorphoses, ces passages subits d’un sens positif à un sens opposé,
par la seule prosthèse d’un monosyllabe,
sont pour le savant, l’orateur et le poëte,
une source féconde de richesses et de beautés nouvelles :
 
- qui affranchissent les langues des formules négatives, dures et languissantes,
                          comme " son manque de", "son défaut de", "son peu de", expressions insonores qui égarent la pensée dans des circonlocutions, pas toujours heureuses.
 
- qui ajoutent à la clarté du style, lui imprimant simplicité, justesse, laconisme, le rendant plus oratoire et lapidaire.
 
- qui multiplient les nuances fugitives qui soumettent mieux l' expression à la pensée.
Car, on peut être insensible, sans être dur ; indocile, sans être opiniâtre ; irréligieux, sans être athée : Ces mots, insensible, indocile, irréligieux, ne sont pas exactement les contraires,
mais les privatifs de sensibilité, de docilité, de religion.
 
                                                     Sources et exemples 
=> Le lexique a été collecté dans les ouvrages des plus célèbres écrivains latins, italiens, espagnols, portugais, allemands et anglais. A charge, comme le dit l'auteur du précis de vocabulaire à l'historien, à l’orateur, au poëte, de mettre en œuvre les matières nouvelles tirées "du sein de la mine"...
EX : Inabaissé, inabandonné, inabattu, inaboli, inabondance, désabriter, inabriter, inabrogé, inabsolution, inabsous, inabstinence, inaccompagné, désaccumuler(...).

 

Publié dans vocabulaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article