Metz - 2 rue Haute-Pierre : Amable Tastu, s' invite chez Verlaine

Publié le par Claire Antoine

                              C'était vendredi soir ...

                          "A la lumière de l'oeuvre" 

d'Amable Tastu, femme de lettres, femme de plume, aventurière, née à Metz, qui a laissé son empreinte entre autres, à Paris, Perpignan et Palaiseau

  La passionnée Marie Daffini, cofondatrice du cercle des "Amis d'Amable Tastu" 

a animé la soirée redécouverte de cette contemporaine et amie de Victor Hugo, Lamartine,Musset,Chateaubriand... en relation épistolaire avec George Sand...qui a fréquenté également Rouget de Lisle et Béranger, sans oublier les liens de tendresse qui l'unissaient à Camille Saint-Saëns. 

Marie Daffini a insisté sur les filiations diverses qui ont permis à cette femme de caractère et de talent de mener sa vie de poète, écrivain, toujours entourée de gens qui croyaient en elle et qui lui ont permis d'épanouir son talent particulier, qui manifestement était celui de l'écriture. 

Au début de sa vie : ses parents, sa belle-mère, Elise Petitpain-Voïart, salonnière, écrivain, lui ont ouvert bien des portes. Son époux, amoureux de ses vers, l'imprimeur Joseph Tastu, installé durant quelques années rue de Vaugirard à Paris est celui grâce auquel elle a pu accéder à une rapide et durable notoriété.

Ont assisté, par chant et lectures, Marie Daffini dans son exposé, Bérangère Thomas, Claire Antoine et Geneviève Fernandez.

                                    Ont été dits 

-deux textes de l'ironique critique Charles Louandre pointant la surabondance de poètes, hommes et femmes, autour des années 1830.

-le long et savoureux "drame-poème "l'ange gardien" si mal interprété par Sainte Beuve, "le réséda", un poème écrit par Amable à l'âge de 14 ans, et "Plainte", un court poème élégiaque, 

  mis en musique par Camille Saint-Saëns.

La partition en a été déchiffrée et chantée par Bérangère qui en a montré l'originalité de composition, plus proche de Berlioz et Wagner que de Chopin. 

                     Une très intéressante et sympathique soirée.

                   Un grand MERCI à Marie Daffini !

Commenter cet article