"Voyons, d'où vient le verbe ?" Poème de Victor Hugo

Publié le par Claire Antoine

              "Voyons, d'où vient le verbe ?" Poème de Victor Hugo

Peut-être veut-il dire que " les langues viennent de nos cultures (qu'est-ce que la culture...et son rapport à la langue ?)
Le langage vient de notre capacité biologique à nous parler et à (parfois) nous comprendre."
 (J'ai trouvé ces phrases en commentaire à la suite du poème, sur un site.)

 

Le poème

 

Voyons, d’où vient le verbe ? Et d’où viennent les langues ?
De qui tiens-tu les mots dont tu fais tes harangues ?
Écriture, Alphabet, d’où tout cela vient-il ?


Réponds.

 

Platon voit l’I sortir de l’air subtil ;
Messène emprunte l’M aux boucliers du Mède ;
La grue offre en volant l’Y à Palamède ;
Entre les dents du chien Perse voit grincer l’R ;
Le Z à Prométhée apparaît dans l’éclair ;
L’O, c’est l’éternité, serpent qui mord sa queue ;
L’S et l’F et le G sont dans la voûte bleue,
Des nuages confus gestes aériens ;
Querelle à ce sujet chez les grammairiens :
Le D, c’est le triangle où Dieu pour Job se lève ;

Le T, croix sombre, effare Ézéchiel en rêve ;

Soit ; crois-tu le problème éclairci maintenant ?


Triptolème*, a-t-il fait tomber, en moissonnant,
Les mots avec les blés au tranchant de sa serpe ?


Le grec est-il éclos sur les lèvres d’Euterpe** ?


L’hébreu vient-il d’Adam ? le celte d’ Irmensul*** ?


Dispute, si tu veux ! Le certain, c’est que nul
Ne connaît le maçon qui posa sur le vide,
Dans la direction de l’idéal splendide,
Les lettres de l’antique alphabet, ces degrés
Par où l’esprit humain monte aux sommets sacrés,
Ces vingt-cinq marches d’or de l’escalier Pensée.

 

Eh bien, juge à présent. Pauvre argile insensée,
Homme, ombre, tu n’as point ton explication ;

L’homme pour l’oeil humain n’est qu’une vision ;
Quand tu veux remonter de ta langue à ton âme,
Savoir comment ce bruit se lie à cette gamme,
Néant. Ton propre fil en toi-même est rompu.
En toi, dans ton cerveau, tu n’as pas encor pu
Ouvrir ta propre énigme et ta propre fenêtre,
Tu ne te connais pas, et tu veux le connaître,
LUI ! Voyant sans regard, triste magicien,
Tu ne sais pas ton verbe et veux savoir le sien !

 

                                                              Victor Hugo, Dernière gerbe

 

*Triptolème  est le héros grâce à qui l'humanité apprend l'agriculture, et donc la civilisation. Il répand le culte de Déméter et crée les mystères d'Éleusis.Il est représenté comme un jeune homme portant le pétase, un sceptre ou des épis de blé. Il est accompagné des deux déesses, Déméter et Perséphone, ou de l'une d'entre elles, ou d'un chariot tiré par des dragons.

 

**Euterpe est la Muse qui préside à la Musique.Elle a inventé ou suggéré l'invention de l'aulos (flûte double). C'est une jeune fille couronnée de fleurs et jouant de la flûte. Des papiers de musique, des hautbois et autres instruments sont auprès d'elle. Elle est représentée en pleurs au sommet du monument funéraire de Frédéric Chopin, au cimetière du Père-Lachaise.

***Irmin, connu chez Tacite, a parfois été rapproché du dieu scandinave Týr en raison de la forme de la rune Tiwaz directement liée à ce dernier (une « flèche pointée vers le haut » signifiant conquête et victoire). Il a également été rapproché du norrois Jörmun qui est un des noms / des aspects d'Odin. De même, on a vu en l'arbre / le totem une évocation de l'« arbre Monde » des mythes germaniques, c'est-à-dire une représentation de l'équivalent d'Yggdrasil évoqué dans l'Edda et la mythologie scandinave.

 

Publié dans Victor HUGO

Commenter cet article