Atelier poésie du 7 avril - des définitions : le corps, l'anima et l'animus avant "l'invocation à Venus" de Lucrèce

Publié le par Claire Antoine

Atelier poésie du 7 avril - des définitions  : le corps, l'anima et l'animus avant "l'invocation à Venus" de Lucrèce

Le corps, l'anima et l'animus : substances atomiques de plus en plus légères

Tous les vivants ont une âme "anima", principe de vie et de sensibilité dont dépend le fonctionnement de leurs organes. Cette âme est, comme le corps, faite d'atomes, mais ils sont les siens, plus légers et plus mobiles que ceux du corps. 

Cette âme, il faut l'imaginer répandue, comme le sang, dans l'ensemble du corps, des pieds à la tête. Dès qu'il y a une ouverture dans le corps, elle  "s'écoule" et se disperse, jusqu'à se dissiper totalement, décomposée,  en atomes primordiaux, hors de lui, ce corps, quand il meurt. 

Les humains ont, en plus de  l'anima, l'accompagnant, un esprit, "animus".  C'est lui, le siège de la pensée et de la volonté. Il est situé à un endroit précis de l'intérieur du corps, à peu près au niveau du coeur.  Les atomes dont il est composé sont encore plus légers et labiles (que ceux de l'anima). 

Ces trois instances sont donc "faites du même bois", se rassemblent, mais restent hiérarchisées, car c'est l'agrégation d'atomes la plus légère et la plus mouvante celle qui forme l'anima pour les animaux et l'animus, pour l'humain, l' esprit,  qui domine. 

Je le dis vite, en tout petit, parce que bon...est-il encore  souhaitable, admissible, d'évoquer ainsi une vision somme toute élitiste...du monde.  Dans l'ordre : les choses,( auxquelles il manquerait anima et animus) les animaux (auxquels il manquerait animus) et les humains ( qui seraient complets !!!!). Oh!!!! quel orgueilegodémesuré ! Voilà sans doute encore une bonne raison de ne plus parler des Anciens...Et d'oublier volontairement de les transmettre aux jeunes générations.

Et si Lucrèce parfois emploie l'un pour l'autre ou oublie d'en mentionner un des deux, il "responsabilise"un peu cavalièrement le lecteur,  : 

"De ton côté, fais en sorte de comprendre... si je parle de l'âme (anima), enseignant qu'elle est mortelle, (...) j'entends aussi l'esprit (animus), puisqu'ils ne forment qu'une unité aux éléments indissolublement unis".           

                                                              Pigé ?

NB  Au lecteur... Maintenant si on prend l'opposition lourd/léger...C'est le léger qui l'emporte, le mobile, la danse, le frugal, la retenue, la pureté ( ?). Et là moi qui suis lourde et empotée...N'aurais-je ni anima, ni animus ,,,,

Commenter cet article