Atelier d'écriture poétique Queuleu du 6 janvier

Publié le par Claire (C.A.-L.)

Atelier d'écriture poétique Queuleu du 6 janvier

            Début d'année qui nous place dans la perspective du 15 mars à 15 h

                           "Avec le feu poétique comme lieu de rencontres"

    1) Reprise de la proposition de réflexion de JP Siméon, celle qui engage le  15e Printemps des Poètes,  à partir des mots clés concernant l'attitude singulière du poète et de ce qu'il écrit:

"objection radicale; vent debout;chant intérieur; sentiment du "oui"; conséquences d'un "oui" au monde; Voeu d'une vie intense et insoumise; invitation à prendre feu; contre ce qui simplifie et limite; contre ce qui décourage; transformer le monde; sauver le monde etc."

Chacun en choisit  1 ou 2  et dit ce que ce/ces mots lui inspire(nt), aujourd'hui. Il s'agit d'essayer de s'y (re)trouver dans tous ces vocables et de voir comment on peut envisager d'écrire et des textes et la trame de la rencontre.  

L'idée serait d'enregistrer, la prochaine fois, (=> après réflexion et écriture chez soi) ces commentaires   pour les monter et les diffuser dans la salle, en mars... A voir 

2) Début du travail sur quelques uns des poètes invités depuis 2 ans et cette année encore à Poésie Pontiffroy.

                                           Le premier, Alain Helissen. ( 2 séances )

                                              Dossier : petite bio et  des poèmes.

       Travail sur "les balles perdues", "C'est pas très loin l'enfance" et "Fils de bouseux". 

                                          Quelques uns des thèmes  Perte/mort/enfance/engagement

Pour la fois prochaine en plus de la  transcription  de la réflexion sur un choix de mots/expressions extraits de l'intro de JPSiméon;  écrire, en ayant comme modèle formel "les balles perdues". texte qui se présente comme une chanson avec refrain, sur l'air du " Petit bal perdu", chanté par Bourvil, sans que ce soit précisé autrement que dans le jeu de mots qu'est le titre. 

Mais si l'on veut suivre la mélodie de la chanson, et chanter le refrain, on ne peut le faire que pour les 2 ou 3 premiers vers.

Il y a ensuite, comme un abandon du repère indiqué, une malicieuse complicité avec un lecteur trop docile et dès lors frustré.  

  => Dépasser la frustration de lecteur pour écrire soi-même avec la même technique.                            Difficulté :  Il est évident qu'il va falloir trouver, un propos que ce procédé serve. Ce qui est le cas pour AH dont le poème est signifiant à plusieurs niveaux et en même temps émouvant. Tonalités : tragique et pathétique. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article